Turkish Airline au Burundi bientot




Par: Désiré Nimubona , vendredi 13 février 2015  à 09 : 20 : 35
a

La Compagnie aérienne turque Turkish Airline va, dans un proche avenir lance des vols vers la capitale burundaise, après une série de consultations entre les autorités aéroportuaires et les responsables de la compagnie en question.

« Ce n’est pas le pays qui décide le début de vols mais plutôt une compagnie aérienne du pays demandeur (presque toutes dans le monde entier sont privées) quand elle a fini son étude de projet sur la route aérienne définie, elle doit évaluer sa rentabilité au niveau du trafic c’est à dire le nombre de passagers pour que l’avion long courrier ne parte presque vide de sièges passagers
 » a dit Albert Maniratunga, Directeur Général de l’Autorité de l’Aviation Civile du Burundi.

En mai cette année, il est prévue que cette compagnie aérienne envoie une équipe d’experts au Burundi dans ce même projet commun.

Pour le Directeur de l’AACB Albert Maniratunga, le Burundi va, sans doute bénéficier de cette nouvelle compagnie.

« Sans rentrer dans la typologie philosophique de l’art de pensée, le Burundi est un pays qui n’a pas accès à la mer. Le seul mode de transport qui nous lie avec le reste du monde est l’air pour faciliter les échanges commerciaux, tourisme et hommes d’affaires pour investir » a dit Maniratunga.

Cependant, il estime que le Burundi ne regorge pas encore « une forte communauté turque ou des burundais avec beaucoup d’intérêts en Turquie à caractère commercial et estudiantine pour justifier qu’un Boeing 737-800 avec 180 sièges puisse décoller avec minimum de la moitié des 180 sièges ».

Ce responsable dit qu’il s’agira des vols avec Regional Collect dans le jargon des compagnies, consistant à emprunter la route aérienne comme par exemple Ankara/Istanbul-Nairobi / Entebbe-Kigali-Bujumbura-Ankara/Istanbul.

Le Burundi venait lui aussi d’enregistrer un nouveau venu dans le domaine. Il s’agit de Fly Dubaï qui a lancé ses vols vers le Burundi depuis l’année passée, en 2014.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1263 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 10 %)

Gitega : Les habitants de Shatanya s’interrogent à quand les travaux de pavage à plus d’une décennie des cotisations,(popularité : 3 %)

La Chine continue à appuyer le Burundi,(popularité : 3 %)

Les Pays Bas financent la réhabilitation de deux barrages au Burundi,(popularité : 3 %)

Guerre de mots entre l’OLUCOME et le ministère à la bonne gouvernance,(popularité : 3 %)

Où en est on avec la politique de charroi zéro ? ,(popularité : 3 %)

Quelles devraient être les solutions de survie de la presse ? ,(popularité : 3 %)

Mobicash Burundi, solution à la bancarisation ? ,(popularité : 3 %)

La transparence de la caisse du marché central mise en cause,(popularité : 3 %)

L’amélioration du climat des affaires, un souffle pour l’économie burundaise,(popularité : 3 %)