Commission d’enquête judiciaire sur Cibitoke




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 13 février 2015  à 14 : 27 : 53
a

Bujuumbura vient de mettre en place une commission d’enquête judiciaire sur les attaques armées qui ont eu lieu en province de Cibitoke , dans les communes de Murwi et Bukinanyana en décembre dernier, surtout sur les allégations formulées par les différentes ONG selon lesquelles il y a eu des exécutions extrajudiciaires.

Valentin Bagorikunda, le procureur général de la République du Burundi a dit que cette commission a tout juste un mois pour rendre public les résultats de ses enquêtes.

Dans ce communiqué, Valentin Bagorikunda a dit ce vendredi que les membres de cette commission sont Manirakiza Adolphe, Substitut Général près la Cour Suprême, Madame Niyonzima Hyacinthe, Procureur Général près la Cour d’Appel de Bujumbura et Monsieur Bigirindavyi Jean Marie, Procureur de la République à Cibitoke.

Valentin Bagorikunda dans ce communiqué précise encore une fois que cette commission aura le privilège d’enquêter sur toutes les personnes qu’elle le jugera nécessaire pour arriver à la vérité .

Selon Valentin Bagorikunda, les personnes que la commission constatera qu’elles ont eu une part de responsabilité dans ces exécutions à Cibitoke s’exposeront à des sanctions judiciaires.

Cette sortie médiatique du Procureur Général de la République du Burundi a lieu après la sortie d’un rapport de Human Rights watch incriminant le gouvernement du Burundi du moins par le biais des responsables de défense et de sécurité par rapport à l’attaque qui a eu lieu à Cibitoke entre le 30 décembre 2014 et le 4 janvier 2015.

Ce rapport souligne que 47 combattants ont été tués par les militaires et les policiers en collaboration avec les jeunes du parti au pouvoir, les Imbonerakure.

Pour Human Right Watch, ces exécutions extrajudiciaires sont inséparables des autres d’exécutions de ces dernières années.

Cependant, les propos de Philippe Nzobonariba, le porte- parole du gouvernement sont sans équivoques.

Selon lui, Human Rights watch se contente des rapports des opposants de Bujumbura en occurrence de certaines organisations de la société civile.

A la question de savoir si le contenu de ce rapport est de nature à tranquilliser le gouvernement, Philippe Nzobonariba a dit que les liens entre Bujumbura et Human Rights Watch ne sont pas bonnes raison pour laquelle il serait plus sage pour le Burundi de faire ses propres enquêtes.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

436 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 6 %)

Les acteurs politiques ont-ils besoin de la CVR ?,(popularité : 3 %)

La commune Giharo a un nouvel administrateur,(popularité : 3 %)

Divergeances sur le retour des restes du roi Mwambutsa IV au sein de sa famille ,(popularité : 3 %)

Un tollé autour d’une probable autre ‘’triste loi’’sur la TVA,(popularité : 3 %)

Lettres de noblesses envers Isanganiro,(popularité : 3 %)

La COSOME est aussi contre le projet de loi sur la presse,(popularité : 3 %)

Le budget de l’Etat 2013 devrait s’adapter au contexte actuel ,(popularité : 3 %)

Le Burundi favorable à l’envoi de ses soldats au nord du Mali ,(popularité : 3 %)

Des projets du Burundi de nature à mettre à mal les liens avec les USA ,(popularité : 3 %)