Un lourd réquisitoire pour sa libération provisoire




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 16 février 2015  à 17 : 06 : 26
a

La Cour d’Appel de Bujumbura a entendu à huis clos le journaliste Bob Ruguruka ce lundi. Elle exige une caution de 20 millions de francs Bu et la présence de l’auteur présumé dans la mort des 3 sœurs italiennes pour sa libération provisoire.

L’audience à huis clos s’est déroulée à la prison centrale de Muramvya ce lundi de 10 heures 45 minutes à 12 heures 10 minutes, heures de Bujumbura. Me Fabien Segatwa, l’avocat de Bob Rugurika, dit que la défense est revenue sur ses positions à savoir celles de libérer définitivement le journaliste en question qui, selon lui , n’a commis aucun crime à part celui d’avoir exercé sa profession.

Me Fabien Segatwa a encore souligné que la défense a demandé que le journaliste soit poursuivi non pas par le Code Pénal Burundais comme c’est le cas mais plutôt par la Loi régissant la Presse. Pour lui, Bob Rugurika devrait comparaitre en jouissant de sa liberté comme stipulé aussi par la Loi régissant la Presse.

Par rapport à la séance à huis clos précédente conduite par le Tribunal de Grande Instance de Bujumbura, Me Fabien Segatwa estime qu’il y a eu une évolution. Il n’a pas cependant précisé ce dont les deux parties au procès ont débattu pendant plus d’une heure.

« Nous sommes cette fois- ci satisfait de la façon dont les débats ont été conduits. Nous osons espérer que la Cour mettra en avant les intérêts du pays et qu’elle libèrera Bob Rugurika, un innocent. Je ne suis pas là pour dire ce qui s’est passé en audience parce que c’était une chambre de conseil », a- t- il ajouté.

La libération de Bob est dans l’intérêt du pays

Me Fabien Segatwa n’a pas jugé bon de rendre public ce que les deux parties se sont parlé pendant plus d’une heure. Toutefois, il a précisé que la libération de Bob Rugurika va dans l’intérêt du pays. « Vous avez déjà entendu que l’Union Européenne conditionne l’aide financière envers Bujumbura avec la libération de Bob Rugurika. Il est de l’intérêt du Burundi de lui accorder la liberté parce qu’il n’a fait qu’exercer son métier de journaliste en traitant le dossier des trois sœurs », a encore une fois ajouté Me Fabien Segatwa.

La suite qui sera réservée au dossier Bob Rugurika sera connue d’ici mercredi au plus tard à midi, heure de Bujumbura. La famille des journalistes burundais attend ce jugement à l’instar des autres organisations nationales et internationales.

L’Eglise Catholique, les Diplomates Européens accrédités à Bujumbura et bien d’autres organisations de défense des journalistes suivent de près le dossier.

Difficile d’en savoir plus sur ce dossier mais les Députés européens ont déjà menacé de faire suspendre le Burundi de l’Accord de Cotonou si Bob Rugurika ne serait pas libéré d’ici un mois conformément à l’article 96 dudit accord. 432 millions d’Euros qui devraient transiter par le Fond Européen pour le Développement seront gelés si Bob Rugurika n’est pas libéré d’ici un mois.

Photo : igihe.bi




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

724 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par belthrand   ce  mardi 17 février 2015   à 04 : 55 : 58

Plus d’un rigole Si nous parlons de l’ independence au Burundi. Comment se fait-il que le gouvernement et la magistrature fonctionnent sous pression de la communaute internationale qui ne comprend meme pas le problem des Barundi ? Ne me comprenez pas autrement. Je ne suis pas contre le respect de la loi. Si Rugurika doit être liberé, c’est bein, mais si le faut parce que la communaute internationale le veut, alors on est ni independent ni souverain.
A quand la vrai independence du Burundi et de l’Afrique en general ?



Par Bakara   ce  mardi 17 février 2015   à 09 : 53 : 32

@belthrand
L’indépendance des pauvres n’existe pas ! Inutile de se faire des illusions !
En kirundi on dit : "umukene ni nyaku..." !



Par kabizi neza   ce  mardi 17 février 2015   à 22 : 35 : 01

Uwutigaburira ntiyigaba....Independance ntihera mugupfunga abantu atacamira ;). Ndagukebuye ;)



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Burundi : L’hémicycle de Kigobe remplace 3 commissaires de la CVR,(popularité : 4 %)

Evaluation de la situation des droits de l’homme à Genève en janvier en 2013 ,(popularité : 3 %)

Affaire Gatumba : HRW appelle la traduction en justice d’Agathon Rwasa et Pasteur Habimana,(popularité : 3 %)

Muyinga : Le CNDD-FDD se dissocie de ses jeunes zélés ,(popularité : 3 %)

Le directeur de la Rpa convoqué ,(popularité : 3 %)

Afffaire Manirumva : cinq ans après, Rufyiri dans le colimateur du Ministère public,(popularité : 3 %)

Les femmes juristes s’intéressent aux veuves,(popularité : 3 %)

Les survivants du « génocide de 1972 » dans les rues de New York en mai ,(popularité : 3 %)

Plus de 328 prisonniers de Mpimba bénéficient d’un élargissement provisoire ,(popularité : 3 %)

Burundi : Commerce ou école ; dilemme pour les enfants mineurs de la province de Gitega. ,(popularité : 3 %)