Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »




Par: Isanganiro , mercredi 18 février 2015  à 12 : 30 : 00
a

Aaron Manirampa, ancien combattant du FNL serait parmi les victimes d’une exécution probable des rebelles à Cibitoke au début de l’année. Sa famille, représentée d’ailleurs par son père Tite Barakekeza (voir cette photo contre) vit dans une incertitude et croit que le leur a été tué se basant sur deux photos disponibles sur les réseaux sociaux.

Après la diffusion des photos choquantes sur les réseaux sociaux sur l’exécution probable des rebelles qui se seraient rendu à Cibitoke dans les récents affrontements, Tite Barakekeza dit avoir reconnu son fils volatilisé dans la nature depuis 2012.

« Nous avons vu des photos. L’une montrait Aaron ligoté, tandis que l’autre le montrait déjà mort » raconte Tite Barakekeza qui reconnait être le père de ce jeune homme qui allait avoir 24 ans avec la saison sèche.

Dans un pays sans peine de mort, Tite, ou Tito comme son voisinage l’appelle, rien ne justifie l’exécution d’un être humain qui s’est rendu aux forces de l’ordre.

« La famille, bien qu’elle n’a pas assez de force, demande qu’il y ait des investigations approfondies pour savoir qui a tué mon enfant et les autres qui sont morts » et ensuite « savoir dans quel mouvement ils étaient et qui les avaient recrutés » dit Barakekeza.

Vivant dans une maisonnette donnant la vue sur la Lac Tanganyika, cette famille de 9 enfants encore vivant dit craindre des représailles après cette attaque.

Cette famille dit avoir foui le foyer depuis 2004 suite aux conflits armés et n’a pas encore regagné son ancien domicile par ce que tout a été détruits, y compris l’ancienne maison à Kiyenzi, en commune Kanyosha.

D’abord, elle dit que leur fils est parti suite à la crainte de sa sécurité après qu’il ait refusé de collaborer avec les services secrets dans la traque des fidèles de Rwasa Agathon, leader du FNL en 2012.

« Il avait été sollicité par les agents des renseignements pour les aider à traquer les FNL, mais avait refusé. Il nous a confié cela et on l’a conseillé de ne pas se laisser manipuler » a dit son père.

L’armée s’en lave les mains

Le Porte-parole de l’armée burundaise le Colonel Gaspard Baratuza doute de la crédibilité des photos.

Avec le développement des technologies, le porte-parole de l’armée croit tout simplement que les images sont actuellement manipulées à telle enseigne que l’on peut mettre la tête su un buste de l’autre et que cela risque même de fausser les pistes des enquêtes.

Le Colonel Gaspard Baratuza ne croit d’ailleurs pas qu’il y ait eu des gens qui ont filmé ces combats de Cibitoke. Il estime que les conditions n’étaient pas réunies pour un preneur d’image et que les équipes de la communication de l’armée n’ont pas pu faire ce travail suite à la crainte d’être tirée dessus.

Qui est Aaron Manirampa

Une photo disponible sur les réseaux sociaux depuis dimanche ou lundi matin montre un individu assis en tenu militaire visiblement en train d’écouter quelqu’un qui se tenait au dessus de lui. Selon Tito ; c’est la photo d’Aaron Manirampa, son fils de 24 ans.

« Sa naissance coïncide avec la visite du Pape Jean Paul II au Burundi (en 1990, Ndlr) » dit sa mère Judith Ndarubayemwo 70 ans, visiblement déçue par la mort de son fils qu’elle croyait avoir renoncé à la violence après sa démobilisation.

Aaron a fait une partie de son école primaire à l’Ecole Primaire de Kamesa et a fini la 5ème primaire et a déserté la classe suivante. Il sera alors enfant soldat au sein du Front National de Libération, FNL dirigé par Agathon Rwasa à l’époque de la rébellion du même mouvement.

En 2008, il est démobilisé comme d’autres combattants du FNL et va rejoindre son oncle à Rumonge au sud du Burundi pour apprendre un métier de soudure. Il reviendra à Bujumbura avec cette connaissance mais aura des difficultés d’avoir son emploie.

Après les élections de 2010, les choses changent pour cet ancien combattant. Selon sa famille, les jeunes Imbonerakure du quartier, les agents secrets et certains administratifs vont s’adresser à Aaron Manirampa pour l’aider « à traquer les FNL de Rwasa ».

Ce jeune homme va refuser et connaitra un manque de stabilité et ne logera plus chez son père car il n’avait pas encore construit sa propre maison.

Vers 2011, Aaron, sous le concours de sa famille aura un petit capital et choisira le commerce des sachets au marché de Buyenzi connus sous le nom de Marché de Ruvumera en Mairie de Bujumbura.

Là aussi les choses ne vont pas bien marcher et il sera localisé à Cibitoke, au nord ouest du Burundi en tant que travailleur dans un champ de manioc chez une parenté vers fin 2012.

Photo Aaron : Outils Sociaux, mais validée par sa famille comme étant autentique




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

2165 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Ndadamwe   ce  mercredi 18 février 2015   à 15 : 56 : 36

Ca change rien car un tueur reste un tueur. Naho abo bashaka kuvugera abantu bubahutse gutera igihugu cabo sinzi ico bashaka kugeraho.
Ariko umuti barawunyoye naho uyu mutama mwerekanye ifoto ni uko mushaka kumukoresha. Biraboneka ko ari umuhutu neza ariko hari abatutsi benshi muzi bafise ababo baguye kurugamba mutatwereka. Ibi vyerekana neza intumbero yivyo mwita amakuru muduha.



Par Gahutu Remy   ce  samedi 21 février 2015   à 14 : 27 : 12

Ndadamwe we, soma neza kandi ntakamaro kwandika des choses aussi audieuses wibesha wenyene. Ego ndagushigikiye nanje ntamwicanyi wogusasir indava. Niba se avyivugira ko yar umu demobilisé bisigura ko yasheshe amaraso agikorera FNL, mbere ko yanse kwiga ashaka kwigumira mubgicanyi. Nkwibukije womenya ko batereger abantu mumiduga bakabica bose bakanyag utwabo sans pitié. N’umwicanyi kandi naw yarons ico yahay abandi , nkambabazi akwiye. Gahini yishe mwenewabo aravumwa ngwaze apfe yangara. N’uwo niko vyagenze. Aho tudahuza kandi mbona ko naw wanyuzwe namacakubiri naho uvuga ngo berekana abahutu , kandi nabatutsi barateye. Mugenzi ja kwivuza ’ukuri uraremvye. Umwicanyi ntabgoko afise. Kino gihe muriko muronder inyendamuvano ngo mwongere kugir irindi honyabgoko , mwiteraniriz ubuza n’Imana.



Par Gahutu Remy   ce  samedi 21 février 2015   à 14 : 38 : 38

Ndadamwe , iyi myeka irenga cumi na . . . hariko hatwara benewanyu kandi niba ufis umutwe ukora neza niba ufise plus de 30ans ,womenya ko les deux pouvoirs Hutu zerekanye neza ko hatic ubgoko kand umubi atar umubanyi wawe ariko ar imitima mibi yabatwara. Yaba le pouvoir FRODEBU canke CNDD-FDD zishe benshi birenze kure n’iyo abahutu benewacu gusumba kuri Bagaza na Buyoya bateranije nk inshuro 10 mbere nizirenga. Nib uzi gusoma kand ufiz amaso abona amasanamu yose 100% yabantu twerekwa bicwa nadocumentation canke batera nabahutu gusa. Abo nabo wumva ngo nabarozi canke abapfumu nabatutsi akenshi bicwa nabategetsi b’imbwa bibaza kwayo matongo baca bayigarurira bakayaha abababo . Mbe non ushaka kubon imivyimba yabatutsi kugir umenye kubutegetsi bginjavyi aribgo bubi ? Aho ubaye abatutsi bakuryany iki bakubujij iki ko mwese kuva muvuye mwishamba mwabaye nk imbwa zisara. Mbe mwatay ubgenge ? Uko mubica niko twese twangazwa n’Imana ikatwicish inzara . Hakana nimwank ubutegetsi bubi dutor abantu bera atamaraso basheshe murabe ko tutagir amahoro. Niwaguma urondera abatutsi mubateye igihugu ntubabone uzohava usara niba katabaye.



Par Gahutu Remy   ce  samedi 21 février 2015   à 14 : 51 : 42

Uwo mutama yubahutse kuza kubaza ngo bamwiciy umuhungu kand aziko naw yari yagiye kwica atweretse ko mugihugu hari benshi nkawe bazi ko kwica abandi atakibazo ariko ko kwica ababo bibabaza. Niko naw urikuravuga . Ngo ko bafashe bakerekana kandi bakic’ umuhutu naho yari yateye ntibikwiye niberekane ko hapfuye abatutsi nivy ugoma kubona gusa ? Tu vois ? Abansi , abicanyi sibarya bari mwishamba gusa. N’uwahur umwana wiwe ngo naje kwica cank uwanyengerewe namacakubiri aguma arota abona abicwa bazir ubusa nkaw naw n’umwicanyi nkabandi. Biboneka ko naw udatandukanye nabo nagato ! Je mvuga nt umwere niyere atiny Imana , umwicanyi yibuke ko handitse kuwicishij intambi ariyo izomwica biteba canke bitebuka. Uwo musore atanarenza 24ans avuga ko yarwanye mungabo za Rwasa, bisigura ko Rwasa yahagaritse intambara haciye 10ans uwo yarafise 14ans gusa ariko yaza yamaze kuba umwicanyi , agiye kuvyishura yaburiwe yama ahunga mbere baruhira kumwica. Yarons akaziko kurima aragata asubira kuja mwishamba ngo yice des innocents aho kwitez imbere nisuka yiwe. Ubu rero se natahe amenye ko kwica bivyara kwicwa aho vyoca hose. Kandi naw nuvyumve niba wifuriz abatutsi kwicwa bazir ubgoko conyene , burya naw ejo bizogushikir uko vyanka vyakunda. Ihane wakire Yesu urokoke



Par Rose Hakizimana   ce  mercredi 25 février 2015   à 23 : 17 : 12

NAJE NDAGUSHIGIKIYE KUKO UMWICANYI NTAGIRA UBWOKO AHO BOHOJEJE UWO MUVYEYI YABUZE UMWANA WIWE BAZANYE IVYAMOKO UCA UBONA KO HARI ABARUNDI BATAYE AKARANGA
URYA MUVYEYI ARABABAYE CANE MUGABO NOMUBWIRA NTI HUMURA MUVYEYI KURIYI NTWARO YA CNDD FDD ABARUNDI BISHWE NI BENSHI
ABAVYEYI BARAHEKUWE ABAPFAKAZI N IMPFUVYI BARAGWIRA MU GIHUGU
IVYO VYOSE BIGIZWE N ABO ABARUNDI BARI BASHIZE IMBERE NGO BABATEZE IMBERE
MUGABO NIFUZA KO IGITI KITOTUKORA MU JISHO KABIRI



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La CVR appelle au respect du récit des déposants



a

Burundi-Réconciliation : La CVR annonce ses résultats des dépositions en deux provinces



a

Suspension en cascade de certains médias par le CNC au Burundi



a

Rentrée judicaire : Les justiciables dans le viseur de la ministre Kanyana



a

Burundi : L’extraction des matériaux de construction ronge les rivières de Bujumbura



a

Burundi : Makamba sur la liste des provinces hébergeant des fosses communes



a

Burundi : La Commission National International de Droit de l’Homme qualifie de partial le rapport onusien



a

Muyinga : Les juges restent au service des justiciables pendant les vacances judiciaires



a

L’observatoire national de lutte contre le génocide et autres crimes, bientôt en place au Burundi



a

Bujumbura : Les refoulés de Gasenyi reviennent un en un





Les plus populaires
Le BNUB regrette de la peine prononcée contre lui,(popularité : 5 %)

Le parquet général de la république demande l’extradition de 4 journalistes burundais,(popularité : 5 %)

Affaire Ruvakuki : Les avocats condamnent le transfert de leur client de Ruyigi vers Muramvya,(popularité : 4 %)

Contradictions autour de la mise en place de la CVR : le peuple attend Godot ?,(popularité : 4 %)

Le président du Parcem libéré : déterminé à combattre la corruption,(popularité : 4 %)

Enquêtes sur les exécutions extrajudiciaires : pour aboutir à quoi ? ,(popularité : 4 %)

Le procès de Gatumba : Des cadres de la police dans la ligne de mire de la défense,(popularité : 4 %)

Carnage de Gatumba : le jugement tombe « à huis clos »,(popularité : 4 %)

Pierre Claver Mbonimpa devant la justice ce vendredi,(popularité : 4 %)

La CVR appelle au respect du récit des déposants,(popularité : 4 %)