La CAMEBU incapable de stocker les médicaments




Par: Désiré Nimubona , vendredi 3 février 2012  à 17 : 39 : 49
a

La Centrale d’Achat des Médicaments Essentiels, de dispositifs médicaux de produits et matériel de laboratoire du Burundi, CAMEBU, se trouve, depuis un certain temps, dans l’incapacité de « stocker les médicaments destinés à 8 millions de burundais alors qu’elle avait été construite en 1990 pour 4 millions d’habitants », a déclaré Barnabé Rihanda, Directeur Général de cette institution dans une conférence de presse de ce vendredi matin à Bujumbura.

Selon le DG Rihanda, si la CAMEBU n’est pas dotée de nouveaux bâtiments pour la conservation des médicaments, la qualité de ses services sera perturbée et risque même de conduire à une destruction de certains médicaments, suivant leur sensibilité à la chaleur, au froid ou à l’humidité.

"Des médicaments sont gardés dans une place qu’il ne fallait pas, selon des règles générales de conservation des médicaments, suite à l’exigüité des stocks.

« Il faut au moins 2,5 millions de dollars pour la construction d’autres bâtiments.

« Le Gouvernement a dû louer un autre stock de plus pour pouvoir stocker les médicaments, mais des tractations pour l’extension de ces bâtiments de stockage des médicaments sont déjà en cours", a souligné le DG Barnabé Rihanda.

La CAMEBU souligne que le Gouvernement du Burundi va payer 20% pour la construction de ces nouveaux bâtiments de stockages des médicaments, qui sont importés des pays étrangers, mais ne sait pas encore d’où proviendront les 80% qui restent.

Parlant de la santé financière de la CAMEBU, Mr Rihanda a indiqué que le gouvernement burundais a essayé de rembourser toute la dette due à cette institution, ce qui l’a mise dans une certaine stabilité, alors qu’elle n’enregistre aucune dette.

« Notre organisation est l’une des plus stables de l’Afrique car on n’a pas de dette envers qui que se soit.

"Ainsi, par voix de conséquence, la CAMEBU possède un chiffre d’affaire de 7 milliards de francs burundais, et est capable d’accorder aux clients (hôpitaux, districts sanitaires) des médicaments dont le coût n’excède pas 20 millions de francs burundais", a indiqué le patron.

En janvier 2012, 422 clients (hôpitaux, districts sanitaires, confessions religieuses, pharmacies rurales) ont acheté dans cette centrale, des médicaments évalués à 520 millions de francs burundais, selon toujours Rihanda.

La CAMEBU avait été construite en 1990, pendant que la population burundaise était encore à 4 millions. Actuellement la population a augmenté de 100% et cette centrale doit héberger plus de 300 variétés de médicaments que le Burundi utilise souvent.

Cette centrale est dotée de six magasins de stockages, deux chambres climatisées, deux chambres froides ( de 2° à 8°), ainsi qu’un magasin à part contenant des produit inflammables.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1243 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises



a

Assemblée nationale : la réinsertion des enfants de la rue jugée peu productive



a

Bujumbura : grogne des taxi-vélos membres de la Sotavebu



a

Bujumbura : introduction d’un nouveau cahier de ménage



a

Karusi : une mère et ses trois enfants accueillis au bureau du CDFC



a

L’Aïd el-Fitr : les leaders appellent à l’unité des musulmans à l’approche des élections de 2020





Les plus populaires
Voitures « Hello taxi » empêché de rouler au Burundi ,(popularité : 10 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 6 %)

Bubanza : pandémie du paludisme,(popularité : 5 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 5 %)

Un examen de sélection pour la fac de médecine,(popularité : 5 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 4 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 4 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 4 %)

MWARO : Les écoles à internat sont au point-mort à quelques jours de la rentrée scolaire,(popularité : 4 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 4 %)