3ème mandat : affaire burundo- burundaise




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 24 février 2015  à 10 : 16 : 16
a

« Je n’ai pas encore vu ce document. J’en ai seulement entendu parler dans les médias tout simplement. Mais l’important est que tout le monde, les partis politiques et d’autres organisations concernés, respectent la loi » c’est l’avis de Prosper Bazombanza à la sortie de sa rencontre avec les diplomates accrédités à Bujumbura par au contenu de la correspondance à la base du limogeage du Général Godefroid Niyombare .

A la sortie de cette rencontre avec les diplomates en aparté ce lundi, le premier vice-président de la république du Burundi Prosper Bazombanza a dit que le récent rapport du service national des renseignements interpelant Pierre Nkurunziza à ne pas briguer le 3ème mandat au risque d’y laisser sa vie n’était pas à l’ordre du jour. Quant au commentaire que l’institution dont il est à la tête pouvait en dire, Prosper Bazombanza a dit que l’important est ’’de respecter la loi tout simplement’’.

Quant au limogeage du Général Godefroid Niyombare au poste d’Administrateur Directeur Général des Renseignements Burundais, Prosper Bazombanza a dit que personne n’est inamovible. « Nous sommes dans des postes de responsabilités pour les quitter un jour ou l’autre », a-t-il souligné.

L’Ambassadeur de l’Ouganda au Burundi de sa part a dit que la question du mandat est une affaire entre Burundais eux – même. ’’Lorsque les Burundais soutiendront à ce que Pierre Nkurunziza se fasse élire en 2015, les diplomates le soutiendront. Dans le cas contraire, les diplomates ne sont au pays que pour représenter leurs pays respectifs et non les individus’’.

Au cours de cette rencontre, les diplomates ont encore une fois renouvelé leurs requêtes. Ils ont besoin souligné leur de connaitre la lumière sur les causes de la mort d’une cinquantaine de personnes en province Cibitoke en janvier 2015.

Au moment où une certaine opinion estime que le journaliste Bob Rugurika a été libéré grâce à l’Union Européenne qui avait brandi les sanctions économiques notamment la suspension du Burundi de l’Accord de Cotonou, Prosper Bazombanza dit que la justice a dit le droit, rien que le droit dans cette affaire .

Droit certes, mais le défi populaire après sa libération a prouvé plutôt que les Burundais ont soif des juges capables de dire le droit.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1681 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par pat   ce  mercredi 25 février 2015   à 15 : 18 : 40

Oohhh quel avocat du diable



Par Rose Hakizimana   ce  mercredi 25 février 2015   à 21 : 20 : 20

le peuple a besoin des dirigents capable qui respectent leur peuple, qui l aime et qui devellope le pays
Le gouvernement Nkurunziza a manque sa mission en creant
du desordes dans tout le pays , en creant l impunite de facon
que les institutions comme la police et la documentation a la
place de proteger la population ils ont ete les premiers dans les tueries,le vol et d autres maux , la justice a ignore sa mission de lirer le droit
ne faut pas penser que les Burundais d aujourduit sont ceux d hier aho ukubitwa ugakoma amashi[ Biracaza ]



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 5 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 2 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 2 %)

Nyanza-Lac : Vers le dénouement définitif de la crise à l’église de pentecôte ?,(popularité : 2 %)

Vers la mutation des administrateurs des communes urbaines ? ,(popularité : 2 %)

Présidence : Vagues de remaniements et de nominations,(popularité : 2 %)

L’opposition rejoint le train en marche,(popularité : 2 %)

Politique : Quatre ministres du gouvernement mis à la porte,(popularité : 2 %)

Burundi : Samantha Power appelle au respect des droits de l’homme et la Constitution ,(popularité : 2 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 2 %)