Sorbonne, SIHO et HCR ouvrent l’université des réfugiés au Burundi en septembre




Par: Désiré Nimubona , mercredi 25 février 2015  à 12 : 33 : 35
a

Trois institutions mondialement reconnues, HCR, SIHO et l’Université de Paris I Panthéon Sorbonne vont lancer en septembre 2015 au Burundi l’université appelée UniRef. dans un camp de réfugié.

Le haut Commissariat des Refugiés HCR, l’Organisation Swiss International Humanitarian Organization (SIHO) et l’Université de Paris I-Panthéon Sorbonne vont lancer cette université dans un camp de réfugié de Musasa au Burundi.

Ce camp, selon les sources du HCR abrite les réfugiés congolais ayant fui les violences à l’est de la République Démocratique du Congo.

Le camp de Musasa avait été créé en 2007 par le haut Commissariat des Nations Unies et avait une capacité d’accueillir au maximum 13.000 réfugiés dont 5.000 étaient attendus avec la fin de 2013 selon le communiqué du HCR.

Selon l’Agence Flag, cette initiative de rentrée universitaire dans un camp de réfugiés est unique et la première au monde.

Le 19 mars à 9h à Paris, les trois organisations vont annoncer le projet tandis que le début est fixé au 8 septembre 2015.

L’Agence Flag souligne qu’au total 200 étudiants vont commencer leurs études à cette date sans faire plus de détails.

« Une première puisque de prestigieuses universités s’unissent pour offrir un enseignement universitaire aux jeunes victimes des conflits armés dans les camps du Haut-Commissariat pour les réfugiés au Burundi » lit-on dans la note de l’Agence Flag

Notons que la mission pilote est à l’initiative de l’ONG Swiss International Humanitarian Organization (SIHO), fondée par Yvelyne Wood.

Cette institution est connue pour son utilité publique depuis 2013.

"UniRef est la première université dans un camp de réfugiés de l’UNHCR, une mission de Swiss International HUmanitarian Organization (SIHO), ONG reconnue d’utilité publique depuis 2013" a dit la fondatrice Yvelyne Wood dans un message électronique à la rédaction.

Contactés, les services de la communication du HCR n’ont pas étés joignables pour plus de détails.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1187 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises



a

Assemblée nationale : la réinsertion des enfants de la rue jugée peu productive



a

Bujumbura : grogne des taxi-vélos membres de la Sotavebu



a

Bujumbura : introduction d’un nouveau cahier de ménage



a

Karusi : une mère et ses trois enfants accueillis au bureau du CDFC



a

L’Aïd el-Fitr : les leaders appellent à l’unité des musulmans à l’approche des élections de 2020





Les plus populaires
Voitures « Hello taxi » empêché de rouler au Burundi ,(popularité : 13 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 6 %)

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?,(popularité : 5 %)

Bubanza : pandémie du paludisme,(popularité : 4 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 4 %)

Un examen de sélection pour la fac de médecine,(popularité : 4 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 4 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 4 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 4 %)

Les universités publiques ont fermé les portes,(popularité : 4 %)