Muyinga/Le circuit biaisé des engrais chimiques, cri d’alarme des administratifs




Par: Dieudonné Nzeyimana , jeudi 26 février 2015  à 15 : 31 : 54
a

Environs 250 tonnes d’engrais chimiques principalement le DAP et près de 50 tonnes de chaux, c’est la quantité de tonnes commandées et distribuées aux cultivateurs de la province Muyinga pour cette saison culturale B. Ce chiffre est donné par Clément Ndikumasabo, Directeur de l’agriculture et l’élevage en province de Muyinga.

Les administrateurs des communes Buhinyuza, Mwakiro, Gasorwe ….dénoncent des irrégularités dans le circuit de distribution des engrais chimiques à la population. Jusqu’aujourd’hui, des paysans se plaignent de ne pas être servis malgré la possession des bons de commande dument reçus de la part du Programme National de Subvention des Engrais au Burundi(PNSB).

Pourtant, d’après Gérard Mburumbonye administrateur de la commune Mwakiro, cet engrais subventionné par le gouvernement est sur les marchés à des prix exorbitants. Au lieu de 1000 fr.bu par kilogramme, les commerçants ont doublé les prix.

Des tonnes du même produit auraient été vidé des stocks à Mwakiro pour être acheminées à Mutumba en province de KARUZI apprend-on du même administratif.

Deux questions majeures restent sans réponses : à quand la disponibilisation des engrais en faveur des cultivateurs ayant déjà encaissé un retard pour cette saison culturale B ? Par quelle voie l’engrais destiné aux cultivateurs est plutôt dans les stocks des commerçants spéculateurs ?

Le directeur provincial s’en défend

Clément Ndikumasabo de la direction provinciale de l’agriculture et l’élevage(DPAE) nie toute implication de son service dans ces irrégularités. Le circuit de distribution des engrais est suivi dans un autre programme dit PNSB. Les cultivateurs paient d’avance l’argent de l’engrais commandé par les privés suivant la demande formulée par la population. Les payements se font via la Poste. On ne sait pas exactement où se situe le problème, dit-il, mais le constat est que l’engrais commandé est en deçà de la demande formulée par les cultivateurs.

Fleurette Dukundane administrateur de la commune Buhinyuza demande la restitution de l’argent à ceux qui n’ont pas été servis. Pour elle, il faut laisser la population s’approvisionner sur le marché car on est en retard avec la saison culturale.

Le directeur de la DPAE n’a pas de solutions à proposer car il ne contrôle pas ce circuit. C’est la politique du gouvernement, celui qui vend ce produit au marché noir sabote cette politique, il faudrait plutôt saisir cet engrais en circulation sur le marché, proposition de la DPAE. Les administrateurs s’opposent à cette proposition tant la DPAE n’aura pas encore proposé une solution alternative à ce manque d’engrais pour les demandeurs ayant payé l’argent reconnu par le PNSEB.

Pouvez- vous empêché à quelqu’un d’acheter un produit de la fraude quand il en a manqué sur le marché légal ? C’est la question sans réponse que se posent les administrateurs demandant à la DPAE de trouver une solution dans l’urgence.

Vous saurez que ce problème a été soulevé mercredi dernier lors de la séance trimestrielle d’évaluation provinciale des réalisations des différents intervenants dans tous les secteurs de la vie de la province. Une fois le trimestre, le gouverneur de la province Muyinga convoque une réunion d’évaluation et de présentation des plans d’actions trimestriels.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

434 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation



a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?





Les plus populaires
Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation,(popularité : 8 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 5 %)

Les enjeux autour de la prochaine convention sur l’exploitation du port de Bujumbura ,(popularité : 5 %)

Inégale circulation de la monnaie : Une entrave pour l’accès au crédit,(popularité : 4 %)

Quelles devraient être les solutions de survie de la presse ? ,(popularité : 3 %)

Des vices dans le projet de loi portant Budget de l’Etat 2013 ,(popularité : 3 %)

Incendie du marché, la RSA, la Brarudi s.a. et… ouvrent leurs portemonnaies ,(popularité : 3 %)

Budget 2013 : Le sénat s’interroge,(popularité : 3 %)

SYDONIA world : solution aux coûts élevés de transport au Burundi,(popularité : 3 %)

Vente des hypothèques : un autre tare dans le système bancaire Burundais,(popularité : 3 %)