Manifestations de samedi : le pouvoir de Bujumbura s’attaque à la société civile et aux médias




Par: Isanganiro , vendredi 27 février 2015  à 16 : 07 : 38
a

Selon le texte du discours préparé par le ministère de l’intérieur à l’occasion des manifestations de paix prévues ce samedi à Bujumbura, le pouvoir du Cndd-fdd accuse certains politiciens et la société civile burundaise d’être derrière la récente attaque des hommes armés dans la province de Cibitoke.

« Nous tous, les Burundais, dénonçons certains politiciens et les membres des organisations se disant apolitiques qui seraient derrière les tueries ignobles qui avaient été préparées par ces ennemis de la démocratie », peut-on lire dans ce discours rédigé en Kirundi et distribué à tous les gouverneurs des provinces à travers tout le pays.

Dans ce discours, le ministère burundais de l’intérieur accuse certains médias d’incitation au soulèvement.

« Nous tous, Burundais, dénonçons certains médias qui se sont arrogé le droit de préparer et d’inciter au désordre au pays, comme nous l’avons constaté en date du 16 et du 17 février 2015 dans la ville de Bujumbura et à Muramvya », lit-on toujours dans ce discours du ministère de l’intérieur qui met en garde contre quiconque pense que cela peut continuer ainsi.

Le ministère de l’intérieur s »insurge contre ce qu’il appelle de faux rapports de certaines organisations qui selon lui, ne font que ternir l’image du Burundi.

« Nous tous, les Burundais, nous dénonçons les rapports mensongers de certaines organisations telles que Human Rights Watch. Ces rapports salissent l’image du Burundi sur des dossiers encore en justice. Nous dénonçons un tel comportement », poursuit-il.

Appelant la population burundaise à dénoncer le terrorisme, le ministère de l’intérieur noie pratiquement l’affaire des massacres des trois sœurs italiennes massacrées sauvagement au mois de septembre 2014 et dont les investigations d’une radio privée à Bujumbura incriminent certains hauts gradés des services de sécurité et des renseignements.

« Nous sommes appelés à nous joindre à la communauté internationale pour combattre le terrorisme international, surtout les massacres des français et les tueries contre les citoyens nigérians, kenyans et des sœurs… »

« Nous les Burundais, voulons construire notre pays, ne soyons pas déroutés par certains politiciens et les membres de certaines organisations qui se réclament apolitiques, qui ont déjà manifesté leur volonté d’arriver au pouvoir par force et leurs propos ont déjà montré qu’ils ne veulent pas les élections alors que le Burundi a déjà pris le chemin de la démocratie à travers les élections libres et transparentes », peut-on lire dans ce discours qui s’attaquent à la société civile et aux médias burundais.

Lire le discours en Kirundi

PDF - 44.2 ko



Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1108 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Yohani   ce  vendredi 27 février 2015   à 18 : 46 : 46

Édouard Nduwimana se comporte comme certains (ir)responsables politiques pendant les derniers mois de l’époque Habyalimana au Rwanda. Le pouvoir enivre : il est étonnant de voir un homme somme toute intelligent incapable de comprendre qu’il sert un pouvoir pourri.



Par pat   ce  samedi 28 février 2015   à 03 : 27 : 24

Cheers compatriotes ;
Mbega Yemwe ababantu badutwara barafise ubwenge
Niba babufise bungana gute ? Ababikira bishwe naba terroristes ?
Mbega Imana yaremye nduwimana ! Ariko iri tangazo tuzorimubikira hazogera umunsi umwe.



Par Rose Hakizimana   ce  samedi 28 février 2015   à 17 : 22 : 07

Mbega uwo Nduwimana na gouvernement arimwo ntibakimenya ico bashinzwe Ko ari ubwambere kukingira umunyagihugu, ubwakabiri
ukwereka umunyagihugu uwo wese ababangamiye nukwerekana batacishije iruhande uwabateye
None ko avuga amaradio akavuga amashirahamwe ataharanira ivyicaro akavuga imigambwe murabo bose hari uwo bafashe afise ikigwanisho bakamwereka abanyagihugu
Ko haheze amazi abiri baterekanye uwo mugwi batavuze n izina ryawo none mugutetegwa bariko bavyegeka ku ma radio kuri societe civil n imigambwe de l opposition
Nibemange baje imbere y intahe babazwe ku mabi yose bakoreye Abarundi nayo ivyo uwo mu ministre avuga ariko aca umukate Intwaro yabo yakoze amabi menshi cane harageze ko igenda abarundi bakaruhuka



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 8 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 6 %)

La décentralisation toujours problématique en Mairie de Bujumbura,(popularité : 5 %)

Pierre Nkurunziza devrait respecter les Accords d’Arusha et la constitution ,(popularité : 5 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 5 %)

L’UPRONA se dote de nouveaux organes ,(popularité : 4 %)

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques ,(popularité : 4 %)

Le président du parti APDR destitué ,(popularité : 4 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 4 %)

Burundi : Suspension pour trois mois de toutes les ONGs non gouvernementales,(popularité : 4 %)