SYDONIA world : solution aux coûts élevés de transport au Burundi




Par: Bernard Bankukira , lundi 2 mars 2015  à 16 : 41 : 54
a

L’Office Burundais des Recettes vient de lancer l’inauguration du Guichet Unique Electronique à travers SYDONIA World, plate-forme faisant usage des Technologies d’information et de communication, TIC, pour le partage d’information et des documents entre les acteurs impliqués dans le commerce transfrontalier.

Dans les cérémonies de lancement de cette plate-forme à Bujumbura ce lundi, Dr. Domitien Ndihokubwayo, Commissaire Général de l’OBR, a fait savoir que cette nouvelle technologie dans le monde des affaires permettra de mettre un terme aux mouvements de va-et-vient des contribuables entre les différentes institutions ou parties prenantes dans la commerce.

Au Burundi, les coûts de transport restent parmi les plus élevés au monde. Selon les statistiques fournis par Trademark East Africa, le coût du transport reste à 70% plus élevé comparé aux Etats-Unis et 30% plus élevé par rapport à l’Afrique du Sud.

Lle Deuxième vice-président, Gervais Rufyikiri, qui avait rehaussé ces cérémonies, reconnait que les marchandises sont encore retardées aux frontières ou au port de Bujumbura pendant plusieurs jours, ce qui, selon lui, ralentit les flux commerciaux.

« Le coût des transactions du commerce sont encore plus élevés au Burundi, avec des charges supplémentaires qui se répercutent sur le prix au marché des produits les plus nécessiteux », ajoute-t-il.

Ainsi, avec l’introduction de cette technologie, l’espoir est que ces coûts de transaction vont sensiblement diminuer. En effet, les procédures actuelles du commerce étranger s’effectuent en 36 étapes, selon TMEA. Avec cette technologie, toutes les exigences administratives sont remplies à une seule entrée.

Selon Anthe Vrijlandt Directrice Pays de TMEA au Burundi, le Guichet Unique Electronique devrait aider à gagner du temps, notamment par la réduction significative du temps dans les procédures de dédouanement des marchandises et l’amélioration de la transparence des procédures et de la collecte des recettes.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

722 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 4 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 2 %)

Doing Business : Le Burundi Meilleur réformateur économique, mais toujours insatisfait,(popularité : 2 %)

Appel à une conjugaison d’efforts en sauvetage de la monnaie burundaise ,(popularité : 2 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 2 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 2 %)

Les non dits des micro finances,(popularité : 2 %)

Vers la renaissance de la SOSUMO,(popularité : 2 %)

L’amélioration du climat des affaires, un souffle pour l’économie burundaise,(popularité : 2 %)

Le manque de devises à la BRB à l’origine de la dépréciation du Franc Burundais,(popularité : 2 %)