EurAc plaide pour des sanctions contre certains responsables burundais




Par: Désiré Nimubona , mardi 3 mars 2015  à 11 : 42 : 51
a

EurAc, un réseau d’Organisations européennes qui mènent un plaidoyer sur l’Afrique Centrale a demandé « qu’une liste des personnes qui pourraient mettre en danger la paix dans le pays et qui sont accusés de violations des droits de l’homme au Burundi, soit établie » selon une prise de position publiée dans le cadre de son plaidoyer.

Elle pense que, à titre d’exemple, ces sanctions pourraient inclure l’interdiction de voyager dans l’espace européen comme elle a dit dans une interview ce matin.

Ce plaidoyer demande à l’Union européenne de suivre de près la situation pré-électorale au Burundi, selon Donatella Rostagno (voir Photo), Secrétaire Exécutif de ce réseau de 38 organisations qui forment EurAc.

« La question est de produire une liste avec les gens qui pourraient être un danger pour la paix au Burundi » a dit Donatella Rostagno

Elle souligne que cette liste contiendrait « ceux qui ont des responsabilités dans les violations des droits humains (car, Ndlr) les arrestations comme celles de Mbonimpa et Rugurika ne sont pas acceptables ».

Selon EurAc si on continue comme ça, n’importe quel journaliste ou membre de la société civile risque d’être mis en prison dès qu’il ou qu’elle s’exprime d’une façon critique.

Ce collectif des organisations européennes exige « que la société civile soit libre de s’exprimer »

« Nous demandons que la presse soit libre de travailler pendant le période électorale » a dit Rostagno dans une interview accordée à la rédaction.

Malgré cette volonté de ces organisations, la problématique du manque de cohésion à l’intérieur même de l’UE risque de faire tache d’huile.

Elle rappelle que lorsque des ONG demandaient des sanctions contre le M23, on se servait bien entendu du rapport des Nations Unies, un rapport qui n’est pas disponible pour le Burundi.

Selon EurAc, ce rapport des Nations Unies qui parlait du soutien du Rwanda et Ouganda au M23 a motivé en grande partie et encouragé l’Union Européenne à prendre des sanctions contre le mouvement bien qu’à l’intérieur de l’UE il y a des états membres (de l’UE) qui soutiennent Kagame.

EurAc croit que personne ne peut prétendre échapper aux sanctions si une fois elles sont prises, donnant « l’exemple de Mugabe », président zimbabwéen qui a « une interdiction de voyager dans l’Union européenne, (alors qu’) il est président ».

Donc le fait d’avoir les pouvoirs n’empêche pas la possibilité de leur donner des sanctions, selon l’EurAc.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1311 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Ndiho   ce  mercredi 4 mars 2015   à 07 : 35 : 46

Très bonne perspective pour la paix et la sécurité au Burundi et dans la région.
Que les Burundais fassent en même temps tout l’inventaire des biens mal acquis par ces vampires, afin qu’ils soient bientôt restitués au peuple burundais qui croupit dans une misère sans nom, depuis l’arrivée au pouvoir d’une mafia dans ce pays.



Par Alidi Hicuburundi   ce  vendredi 6 mars 2015   à 08 : 40 : 59

nukuri nibahagarike nkurunziza nareta yiwe kuja iburaya hanyuma turabe uko bazofatwa.ewe reta ya cndd fdd ugiye kuriha amaraso yabanyagihugu wanyoye nitunga ryigihugu mwasahuye.retour niyombi.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 16 %)

CNDD-FDD : Plus qu’un meeting à Bujumbura,(popularité : 5 %)

Le Président Nkurunziza promet à Ban Ki-Moon son engagement à un dialogue inclusif ,(popularité : 5 %)

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?,(popularité : 4 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 4 %)

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke,(popularité : 4 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 4 %)

Le nouveau gouverneur de Gitega prend ses fonctions,(popularité : 4 %)

La plus belle ambassade des Etats Unis en Afrique est au Burundi ,(popularité : 4 %)