Assassinat des trois soeurs : La lutte continue




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 3 mars 2015  à 16 : 33 : 31
a

Les professionnels des médias ont déposé des correspondances chez le représentant du Saint Siège au Burundi, au Secrétariat Général de la Conférence des Évêques Catholique du Burundi et du ministère de la Justice ce mardi.

Ils plaident pour que la justice Burundaise enquête sur les mobiles de la mort des 3 sœurs italiennes en septembre dernier au Burundi.

Le dépôt de ces correspondances coïncidait avec la campagne mardi vert que les médias ont lancée suite à l’incarcération de Pierre Claver Mbonimpa et de Bob Rugurika plus tard.

Selon Patrick Nduwimana , le Vice-président de l’Association Burundaise des Radiodiffuseurs, l’assassinat de ces 3 sœurs italiennes pour des mobiles jusqu’ici inconnus reste une honte pour la population Burundaise dans sa totalité raison pour laquelle personne ne devrait rester indifférente.

Le directeur de la Radio Bonesha estime que la justice Burundaise devrait sortir de son silence pour éclairer l’opinion sur ce triple meurtre.

« Nous savons qu’au Burundi, il y a encore des magistrats en mesure d’enquêter sur ce dossier. Nous demandons au gouvernement de mettre en place une commission composée de magistrats pour enquêter sur le dossier », a-t-il souligné.

Au-delà de cette enquête, ces professionnels des médias ont déploré que certains défenseurs des droits humains ne soient pas totalement libres pour exercer leurs droits civils et politiques suite aux dossiers judiciaires en cours. Ces dossiers sont de près ou de loin relatifs à la mort des 3 sœurs italiennes.

Ces professionnels des médias ont plaidé pour que la justice Burundaise entre dans le fond de ces dossiers pour que ces deux défenseurs des droits humains soient totalement libres.

Selon Patrick Nduwimana, Pierre Claver Mbonimpa le président de l’Association pour la Promotion des Droits de l’Homme et des Détenus et Bob Rugurika Directeur et journaliste de la Radio Publique Africaine ont ‘’les mains liées’’ car la justice Burundaise n’entre pas dans le fond jusqu’ici dans leurs dossiers judiciaires, .

‘"Ils ne sont pas libres de mouvement’’, a déploré encore une fois Patrick Nduwimana.

Ce mardi, les journalistes des médias privés n’ont pas manifesté comme d’habitude devant les locaux du ministère de la justice Burundaise. Les responsables des médias sont allés déposer ces correspondances dans le cadre de cette campagne dénommée ‘’mardi vert’’.

Pourtant, beaucoup de policiers s’étaient réveillés tôt et encadraient cet espace. Auraient-ils été joués un sale tour ? Ils sont venus , ils n’ont rien vu.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1169 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : le parti CNL déplore l’intolérance politique qui perturbe ses activités



a

Burundi : Les partis politiques demandent l’inclusion au sein des CEPI



a

Burundi : Le parti CNDD va participer aux élections sous des conditions



a

Burundi : Intolérance politique à Rweza, les habitants craignent la vengeance



a

Burundi : le 1er vice-président de la République appelle la presse à accompagner le processus électoral



a

Burundi : Le CNARED, tend-t-il la main à Gitega ?



a

Rumonge : Une permanence du Cnl vandalisée



a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique





Les plus populaires
Burundi : le parti CNL déplore l’intolérance politique qui perturbe ses activités,(popularité : 49 %)

Cossan Kabura : La réunification des ailes du PALIPEHUTU reste possible,(popularité : 26 %)

Burundi : Les partis politiques demandent l’inclusion au sein des CEPI,(popularité : 21 %)

Des coups de feu melés de la confusion au Burundi ce matin,(popularité : 18 %)

Politique : L’Eglise catholique contre la contribution forcée aux élections,(popularité : 16 %)

Rumonge : Une inauguration qui paralyse les activités économiques,(popularité : 16 %)

La recherche du troisième mandat paralyse l’Assemblée Nationale,(popularité : 16 %)

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface,(popularité : 15 %)

Burundi : Suspension pour trois mois de toutes les ONGs non gouvernementales,(popularité : 15 %)

Burundi : Le parti cndd-fdd accuse Agathon Rwasa d’entretenir un groupe criminel ,(popularité : 15 %)