Sous pression, le président suspend l’attribution du terrain de l’ancien marché central aux chinois




Par: Désiré Nimubona , mardi 10 mars 2015  à 11 : 57 : 22
a

La présidence de la République indique que l’attribution de la place de l’ancien marché central de Bujumbura à une société chinoise Sino African Trade and Investment Initiative est suspendue.

Le porte-parole du président Pierre Nkurunziza, Léonidas Hatungimana estime le président de la République a décidé ainsi parce qu’il y a des « gens mal intentionnés » qui se servaient de cette attribution pour appeler aux manifestations et de surcroit perturber les élections prochaines.

Les organisations de la société civile, les commerçants réunis au sein du Syndicat Général des Commerçants, Sygeco, avaient menacé de s’opposer à cette attribution à une société chinoise quelque soit le prix à payer, y compris même la descente dans la rue.

Une délégation composée par le président de l’Observatoire de Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques Olucome Gabriel Rufyiri et le président du syndicat des Commerçants Audace Bizabishaka avait été reçue par le chargé des affaires à l’Ambassade de la Chine au Burundi, pour plaider à ce que ce projet soit annulé.

Ces organisations de la société civile avaient dit que l’attribution de l’espace de près de 4 hectares à cette entreprise avait été faite sans appel d’offre, pour permettre aux différents entreprises de soumissionner et entrer en compétition.

Cette société chinoise enregistrée à Hong Kong était perçue par certaines organisations et une certaine opinion comme étant fictive ou trop jeune pour exploiter un terrain comme l’exigeaient les termes du contrat.

1500 organisations des femmes avaient menacé aussi de rejoindre les manifestations contre l’attribution de cet espace, jadis occupé par le marché central de Bujumbura.

Le marché central a été détruit par un incendie le 27 janvier 2013, un dimanche matin, qui a vu des milliers de business volés en fumés.

Des commerçants de ce marché sont actuellement transférés dans le marché dit Cotebu, mais d’autres ont du se louer dans des galléries du centre ville, sans oublier bien sur ceux qui ont regagné la campagne après cet incendie.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1326 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Kaganji   ce  mardi 10 mars 2015   à 17 : 11 : 00

Bon, les concessions commencent. mais Monsieur le président a oublié une chose, quand la mort est venue, peut-importé les concessions que tu ferras, elle va finir à t’avoir. Alors, qu’il le veuille ou pas cette société civile et ses acolités ne làcheront pas prise sur sa 3ième mandat !! Puis demain tu vas donner quoi ? Je ne pense pas que tu vas arriver même à donner ta progeniture juste pour garder le pouvoir ??? C’est le temps mon frère Nkurunziza de partir si ce n’est pas tard. Bonne accrochement !! Le Burundi cen’est le rwanda ou l’uganda ou leurs dictatures sont soutenus par les occidentaux.



Par Alidi Hicuburundi   ce  mercredi 11 mars 2015   à 10 : 58 : 28

ishamba rirashushe nkuru,iyosoko warigupima ukayigurisha haricho wobona ndaziko warumaze kuyitanga.ungeona chamtema kuni.ntibitangaje kuvuga ko isoko itagurishijwe.wewe na reta yawe muri babaryumuhero.kananirabagabo ntiyimye.



Par Rose Hakizimana   ce  samedi 21 mars 2015   à 01 : 18 : 09

IVYO BONONYE BIRAMAZE NAYO KURYA IRYO SOKO NACIRE BIRARURA NAMENYE KO NUKUBONA BARARITURIYE BIRI KU GAHANGA KA LETA KANDI MUBAZOBAZWA ABARITURIYE NIWE AZOBIBAZWA KUKO NTA ENQUETTE YIGEZE AGIRA NGO YEREKANE ABARITURIYE NIGITUMA BOKWONONA ITUNGA RY IGIHUGU KUKO HAHIRIYE YO AMAFRANKA MENSHI YA BANYAGIHUGU YAFASHA LETA KUKORA IMIGAMBI ITEZA IMBERE ABARUNDI ABARITURIYE N ABICANYI NKABANDI
NIYAGERA KUBAZWA AZOVUGA IGITUMA KU NTWARO YIWE AMASOKO YOSE YAHIYE KANDI ATANARIMWE VYARI BWASHIKE



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 3 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 3 %)

Kobero : un centre commercial rentable, mais oublié en eau et électricité ,(popularité : 2 %)

Manque criant du ciment à Bujumbura,(popularité : 2 %)

Muyinga/Les commerçants reconstruisent eux-mêmes les marchés,(popularité : 2 %)

Burundi : De nouveaux tarifs de contrôle technique rejetés par le ministère de tutelle,(popularité : 2 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 2 %)

La Chine continue à appuyer le Burundi,(popularité : 1 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 1 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 1 %)