Qui croire, qui ne pas croire ?




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 18 mars 2015  à 05 : 56 : 22
a

Les importateurs des produits carburants ont récemment dit qu’ils accusent un retard de 3 à 4 mois d’arriérés pour pouvoir amener les produits carburants sur le marché burundais. Face à la rareté de ces produits, deux ministères donnent des avis contradictoires par rapport à la rareté des devises qui pourtant en serait à la base.

Dans une interview que la ministre du commerce de l’industrie et du tourisme a accordée à la presse ce mardi, Marie Rose Nizigiyimana n’a pas mâché les mots : ‘’le gouvernement a fait face au problème de devises mais d’ici peu l’argent en devise sera affectée sur les comptes’’, a-t-elle souligné sans plus de précisions.

Marie Rose Nizigiyimana a tranquillisé la population burundaise et les importateurs de ces produits à partir de la Tanzanie en particulier en précisant que ce problème de carburants allait trouver solution.

Pourtant, Musharitse Désiré, le porte-parole du ministère des Finances avait il y a deux semaines souligné que ce problème de devises n’était pas d’actualité. Il n’avait pas manqué que souligner que le ministère des finances se suffit pour ce qui est des devises pendant les quatre mois à venir.

Jusqu’à présent : qui croire, qui ne pas croire parmi les deux personnalités. L’Association Burundaise des Consommateurs ne cesse plutôt de réclamer que la baisse des prix des produits carburants à l’intérieur du pays soit conforme à la même baisse des prix sur le marché internationale.

Sa requête risque plutôt de ne pas être satisfaite. Ce problème de carburant date de plus d’une semaine en Mairie de Bujumbura et à l’intérieur du pays.
Les importateurs de ces produits estiment que ce problème risque de durer plus d’un mois si rien n’est fait.

Ce lundi dans l’avant midi, le ministère du commerce et les importateurs de ces produits se sont rencontrés en aparté. Les clauses de cette rencontre sont jusqu’ici loin de désamorcer la situation.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

694 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Rose Hakizimana   ce  vendredi 20 mars 2015   à 22 : 36 : 20

Ni leta yabatishoboye irarya ikicura ikacura n abana Muvyukuri bari bakwiye kutanga bo nyene Imihoho kuko nukuri ntaco bashoboye kandi birababaje kugira Igihugu kitwagwe na bantu nkabo atakindi bashoboye atari kwica nukwiba
Mugabo birumvikana kuko amabanga abiri ntabangikana no mukirundi barabivuga bati NTAMUKUNZI KU MUKUNZI W INDA



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 12 %)

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout ,(popularité : 6 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 5 %)

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi ,(popularité : 5 %)

Les victimes des intrigues bancaires dans le désarroi ,(popularité : 3 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 3 %)

Un "hélicoptère made in Burundi" ,(popularité : 3 %)

Muyinga/La police débusque l’exportation illégale du café,(popularité : 2 %)

SOSUMO : Le sucre produit en abondance mais reste insuffisant,(popularité : 2 %)

REGIDESO :le marché des compteurs CashPower plein d’ irrégularités,(popularité : 2 %)