Les listes éléctorales : La CENI attends toujours les recours




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 19 mars 2015  à 15 : 28 : 44
a

Les parties prenantes au processus électoral et en particulier les parties politiques et la société civile ont jusqu’au 20 mars pour déposer les irrégularités qu’elles auraient décelées dans le fichier électoral provisoire.

Le porte-parole de Commission Électorale Nationale Indépendante Prosper Ntahorwamiye a dit ce mercredi qu’aucun recours n’a été déposé pour des corrections éventuelles du fichier électoral.

Les listes des personnes inscrites au rôle d’électeurs ont déjà été rendues publiques. Le citoyen lambda peut consulter désormais si son nom se trouve sur le fichier électoral provisoire que la CENI a rendu public.

Un petit tour fait dans la capitale montre que tous les Burundais qui se sont fait enrôler au rôle d’électeur n’ont pas encore vérifié si la CENI a écrit convenablement leurs noms. Parmi 31 personnes contactées par hasard, 4 d’entre elles ont en effet dit qu’elles sont allées vérifier si leurs noms se trouvent sur le fichier électoral.

Les autres disent surtout qu’ils n’ont pas encore eu du temps pour procéder à cette vérification pourtant essentielle pour la suite du processus .

Le président de la CENI, Pierre Claver Ndayicariye a pourtant confirmé que cette étape d’enregistrement a connu des imperfections qu’il qualifie de ‘’légères’’.

Les partis politiques surtout le FNL de Rwasa et l’Uprona de Charles Nditije disent qu’ils n’ont pas encore envoyé un rapport des irrégularités constatées à la CENI. La Société Civile abonde dans le même sens : Elle collecte encore ces irrégularités.

Pourtant, le 20 de ce mois est la dernière date de dépôt de ces rapports à la CENI . L’opposition politique et la société civile ont parlé de personnes qui se sont fait enrôler plus d’une fois pendant cette étape sans pour autant en préciser les chiffres précis sur l’échiquier national .

Ce problème est en tous cas de taille pour une opposition politique qui n’a pas eu de mandataires sur tout le territoire national, commente un observateur.


Un calendrier surchargé

Du 21 au 23 de ce mois, c’est l’étape de ré enrôlement des électeurs qui n’ont pas encore accompli ce geste civique à travers le pays selon l’appel de la CENI.

Les partis politiques et la société civile ne précisent pas si aujourd’hui ces citoyens ont été sensibilisés pour accomplir ce devoir civique.

Les membres de la commission qui devraient suivre cette étape comme convenu entre la CENI et ses partenaires politiques ne sont pas encore connus. Ce n’est pas que ça.

Les partis politiques surtout ceux de l’opposition comme le rassemblent dit Ranac contactés ce jeudi avant midi ont indiqué qu’ils font le tour pour constater les faits à travers les centres d’enrôlement des électeurs.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

633 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 8 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 6 %)

La décentralisation toujours problématique en Mairie de Bujumbura,(popularité : 5 %)

Pierre Nkurunziza devrait respecter les Accords d’Arusha et la constitution ,(popularité : 5 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 5 %)

L’UPRONA se dote de nouveaux organes ,(popularité : 4 %)

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques ,(popularité : 4 %)

Le président du parti APDR destitué ,(popularité : 4 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 4 %)

Burundi : Suspension pour trois mois de toutes les ONGs non gouvernementales,(popularité : 4 %)