Africell- tempo : Le personnel dans le désarroi




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 23 mars 2015  à 16 : 27 : 43
a

Plus de 50 travailleurs de la compagnie de Télécommunication Africell- Tempo ont fait un sit in ce lundi devant les Bureaux de l’Ombudsman Burundais.

Hommes et femmes s’étaient donné rendez-vous devant ces locaux abritant l’institution de l’Ombudsman vers 9 heures du matin de ce lundi. Sur certains de ces écriteaux, l’on pouvait lire que ‘’le Burundi est le seul pays au monde où les investisseurs sont menacés par ceux qui devraient les protéger’’.

Pancartes à la main, ils demandaient à Mohamed Rukara de commanditer des pourparlers entre l’Agence de Régulation et de Contrôle des Télécommunications et les responsables de cette entreprise de Télécommunication pour qu’elle ne ferme pas ses portes définitivement.

Visiblement dans une humeur maussade, ces travailleurs interpelaient le gouvernement du Burundi via l’ARCT à revoir à sa décision aussi bien pour la satisfaction des ménages concernés par la décision , soit plus de 400 familles que pour éviter l’asphyxie économique d’un des pays pauvres au monde comme le Burundi.

Comme argument, ces travailleurs estiment que le patron qui, avant de quitter le pays, a réclamé la fermeture des activités d’Africell- Tempo au Burundi n’en avait pas les prérogatives. « Le conseil d’administration de l’entreprise ne s’était pas encore convenu de cette décision », a souligné l’un des travailleurs.

Par ailleurs, a- t- il encore ajouté, la fermeture de cette entreprise ne profiterait pas du tout au pays. Ces travailleurs estiment en effet que la fermeture d’Africell- Tempo n’est pas de nature à stimuler l’investisseur à venir au Burundi pour des activités économiques données. « C’est vouloir une chose et son contraire de voir l’Africell- Tempo fermée alors que l’Agence de Promotion des Investissements appelle plutôt les opérateurs économiques étrangers à venir au pays pour investir », a-t-il souligné.

Jusqu’à présent, la compagnie de Télécommunication Africell- Tempo émet à l’intérieur du pays via les téléphones portables uniquement. Les autres services ont été coupés par l’ARCT. La police garde les locaux du siège de cette entreprise.

La semaine dernière lors de la réunion des responsables de ce pays avec le ministre de l’intérieur, les participants ont plutôt interpellé le gouvernement du Burundi à revoir sa décision vis-à-vis de la société Africell- Tempo à défaut de quoi le Burundi risque de lourdes sanctions.

L’ancien Premier Vice Président de la République Bernard Busokoza était l’un des actionnaires d’Africell- Tempo. Mais , à qui profite la fermeture de cette entreprise ?




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

893 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Rose Hakizimana   ce  mercredi 25 mars 2015   à 02 : 21 : 32

Benivyo bibazo vy Intwoo mbi ishaka kwica Igihugu nivyo
Bbarundi bose bari bakwiye kuvira hasi bose bakaherekeza abo bakozi ba Africel kwiyamiriza iyo ntwaro atakindi irota atairi ukusambura ivyo itubatse
Abakozi ba Africel ntibakwiye kuba bari bonyene kuko akahombo sibo bonyene bakagize ni Uburundi bwose buriko buratakaza
Iyo Ntwaro nibaza ko ivyo ikora ari abayitumye kutusamburira Igihugu nico gituma abahinga mu mategeko boraba neza bakamenya abari inyuma canke abakorana niyo ntwaro mukutusamburira Igihugu



Par Rose Hakizimana   ce  samedi 11 avril 2015   à 03 : 27 : 22

NAGIRA MBAZE KO ICO KIBAZO CAHEZE ABARUNDI BOSE NIBAVE HASI BAGWANYE IYO NTWARO YAGACINYIZO KANDI MUFASHANYE HARI UWO BARIKO BARATOTEZA MUVE HASI MWESE MUMUFASHE ARI KUBURANA MUJANE ARI IMYIYEREKANO MUBE MURI KUMWE AHO NIHO ABO BASUMA BAZOCA BATINYA
NIMWEMERE MUBABARE MUGABO MUGWANIYE IKIRI UKURI MUZOTSINDA KANDI IMANA YAMA HAFI YABARENGANYWA KOMERA TURABASHIGIKIYE



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 14 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 5 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 5 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 4 %)

L’API appelle à la diversification des cultures d’exportation en plus du thé et du café,(popularité : 4 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 4 %)

Le parlement renvoie au gouvernement le projet de loi sur le payement des impôts des cadres de l’Etat ; les indignés se dévoilent ,(popularité : 4 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 4 %)

Burundi : Les réformes économiques burundaises épatent les investisseurs ,(popularité : 4 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 3 %)