Kirundo/Des FNL pro Rwasa traqués




Par: Dieudonné Nzeyimana , vendredi 27 mars 2015  à 14 : 14 : 51
a

Vendredi 27 mars, dans la matinée, 6 militants du FNL(Forces Nationales de Libération) aile d’Agathon Rwasa ont été arrêtés par la police à Buhoro commune Bwambarangwe.

Ces militants dont le représentant communal de ce parti,deux enseignants et un certain Badyanintimba Ildefonse(connu sous le sobriquet de Rukomeye) ex administrateur de cette commune ont été surpris sans aucune infraction d’après leurs proches.

Des compagnons de lutte politiques de ces FNL croient à des actes d’intimidation pour les empêcher de se préparer aux élections.

L’administrateur a même ordonné la saisi des téléphones de ces militants, une violation de la loi d’après des sources sur place indiquant que la police et l’administrateur les ont arrêtés sans mandat du parquet.

L’arrestation des six personnes survient dans la suite d’autres arrestations des FNL d’Agathon Rwasa dans la province Kirundo. Vendredi dernier, c’est le responsable des jeunes du FNL dans la région Bweru Buyogoma(province Kirundo,Muyinga, Karuzi et CANKUZO) qui a été arrêté par les Imbonerakure puis remis à la police en commune Busoni. Le 8 mars, deux autres militants D’Agathon Rwasa ont été arrêtés en commune Ntega. Les trois restent au cachot malgré les protestations des FNL s’insurgeant contre ces arrestations pour des mobiles politiques.

Pour Oscar Nizigiyimana, représentant le FNL à Kirundo, le trio administration- justice –police malmène ses militants par ces arrestations dites arbitraires. Depuis novembre de l’année passée, une trentaine de militants FNL pro Agathon Rwasa à Kirundo viennent de passer par le cachot. Bon nombre d’entre eux ont été vite relaxés.

L’administration jette le tort aux FNL

La police mène ses enquêtes sur des hommes en réunion non autorisées, explication de Jean Marie Muhigirwa administrateur de la commune Bwambarangwe. D’après cet administratif, six personnes ont été arrêtées, le septième a pris le large.

Il y a quelques jours, des informations font état de réunions clandestines dans sa commune. Pour lui, certains politiciens ont de mauvaises intentions. Pourquoi ne pas annoncer une réunion conformément à la loi si vraiment on ne s’accuse de rien ,inquiétude de l’administrateur de Bwambarangwe.

D’ici peu, il compte animer une réunion avec les représentants de différents partis politiques pour assainir le climat.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

807 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR





Les plus populaires
Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 12 %)

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école ,(popularité : 10 %)

Les survivants du « génocide de 1972 » dans les rues de New York en mai ,(popularité : 10 %)

L’agresseur de Yannick Nihangaza finalement extradé vers l’Inde ,(popularité : 9 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 9 %)

Muyinga/Un containeur sert de cachot clandestin à Gasorwe,(popularité : 9 %)

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi,(popularité : 9 %)

La liste des demandes d’extradition de burundais à l’étranger s’allonge,(popularité : 7 %)

Massacre à l’Université du Burundi : Gaston Hakiza, Recteur, témoin et lobbyiste ,(popularité : 7 %)

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux,(popularité : 6 %)