Actualité thématique

Economie


Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques

Environnement


Muyinga. Des habitants s’organisent pour parer au ravinement continu des rues

Justice/Droits de l’homme


L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


La levée des sanctions contre la BBC et VOA n’est pas pour aujourd’hui

Santé


Hôpital Mpanda : Contribution de 2000 tournant vers une amende de 20 litres de gasoil suspendue par le ministère

Sécurité


Mutimbuzi : Deux policiers tués par un inconnu ce mardi

Société


« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge

Sport et culture


L’équipe nationale U-23 déterminée à battre les Diables du Congo Brazza ce mercredi


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 18 ntwarante 2019

Débat


Mosaïque, 16 mars 2019

Diaspora


Karadiridimba, 17 ntwarante 2019

Economie


Umuyange, 6 Munyonyo 2018

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 18 ntwarante 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 28 ruhuhuma 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 8 ruhuhuma 2019

Mugona iki ?


Gira ico ushikirije, 15 ntwarante 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 17 ntwarante 2019


Le Parlement belge inquièt de l’environnement politique burundaise




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 27 mars 2015  à 19 : 36 : 54
a

Le parlement Belge demande au gouvernement fédéral de s’investir pour que les élections de 2015 soient une occasion de promouvoir les droits de l’homme au Burundi. Ce parlement lui demande d’adopter une politique de sanctions dont le gel des avoirs de certaines autorités accusées de violations de l’homme au Burundi.

Dans cette résolution parvenue à la rédaction Isanganiro ce vendredi, la chambre des représentants Belge souligne ses inquiétudes sur les risques de violations des droits de l’homme au Burundi suite au processus électoral en cours.

Elle s’inquiète notamment que certains des jeunes du parti au pouvoir soient à la base des probables violations des droits humains en toute impunité. Ses inquiétudes portent aussi sur des limitations des libertés civiles et politiques en cette période en particulier le refus des réunions et des assemblées à motivation politiques.

La chambre des représentants de la Belgique demande au gouvernement belge de collaborer avec les autorités du Burundi pour que l’environnement politique soit assaini. Pour ce faire, il lui demande de se convenir avec les autorités burundaises d’une politique des sanctions portant notamment l’interdiction de voyage à certaines autorités responsables de violations massives des droits humains.

Ces derniers ne vont pas notamment bénéficier d’un permis de voyage vers l’Union Européenne et leurs avoirs seront gelés. Ces députés appellent leur gouvernement à conditionner sa promesse d’octroi du second financement du processus électoral avec le respect du contenu de la feuille de route et du code électoral notamment le respect de l’inclusion.

Des inquiétudes encore d’actualité

Ces députés demandent au gouvernement fédéral de s’impliquer pour que la vérité sur la mort des 3 sœurs italiennes en septembre dernier soit connue et que le procès des membres du Mouvement pour la Solidarité et le Développement respecte la loi nationale et internationale notamment les droits de la défense.

Ils interpellent le gouvernement fédéral belge à s’investir pour que les infractions qui pèsent contre les défenseurs des droits de l’homme Pierre Claver Mbonimpa et Bob Rugurika soient abrogées par la justice Burundaise.

Selon la chambre des représentants Belge, les cas de violations des droits humains au Burundi ces dernières années devraient faire objet d’une enquête approfondie.

Pour ce, la Belgique estime que son gouvernement devrait discuter avec Bujumbura des modalités de faire ces enquêtes pour aboutir à la vérité sur les crimes dont certains Imbonerakure, certains agents de l’administration et des forces de l’ordre se sont rendus coupables.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

604 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par nyankawinemera Bonheur   ce  samedi 28 mars 2015   à 06 : 54 : 17

Ni sawa hata ulimwengu ufuatie karibu vinavyotokea barani Afrika, Lakini sijaona wanaingilia kati ya mambo ya mataifa yalioendela ! Hata wao wenyewe wabelgiji wasisahau namna walivyo maliza kipindi kirefu bila kuwa na utawala wakizozana.
Je Burundi waliiombwa mchango ? Maana tungali katika utawala wa ukoloni mfumo mpya unaolenga kung’ang’ania mataifa fukara na kuyashinikiza kufanya wanavyo taka hata kama wenyeji wenyewe wana neno !!!Wanasingizia kuwa msaada watasimamisha ! Je itakuwa je nchi za afrika zitakapoinuka kiuchumi ?
Twaomba waache wananchi wenyewe wapaze sauti na watanzue matatizo pa sina kutemegea fikra zinazo tolewa na mataifa yalioendela !



Par Desire Musambanyi   ce  samedi 28 mars 2015   à 16 : 07 : 38

Pierre Nkurunziza a l’absence de réflexion sur la violence politique dans le pays. Il ne voit meme pas la mondialisation du danger, d’incertitude, d’ennemi invisible… où ce qui est décrit n’est pas la figure de l’adversaire mais l’ignorance de celui qui lit. L’obligation de ces « experts » de répondre aux demandes des médias avant qu’ il annonce son 3e mandat, pour noyer notre pays dans l’horreur de la violence par le flot de ses mots en renforcant sa tendance comme l’ont montré les événements de Pascal Nyabenda. Il est Incapables d’analyser précisément la matérialité d’une violence qui ne parle pas d’elle-même, et souvent (mais pas toujours) inconscients de la projection de leurs croyances sur les significations données à cette violence. La stratégie de ces experts auto désignés est alors de sécuriser encore un peu plus une population déjà écoeurée de cette violence dont le caractère politique échappe à l’entendement immédiat en ignorant les pistes, les possibles et le danger du futur à cause de Nkurunziza. Non au 3e Mandat !



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La levée des sanctions contre la BBC et VOA n’est pas pour aujourd’hui



a

Les responsables des partis politiques inquiets à la veille des élections de 2020



a

Le parlement burundais réclame un Sommet des pays contributeurs à l’AMISOM



a

Les parlementaires burundais préoccupés par la dette du pays envers l’EAC



a

Huit ONGs étrangères se font réenregistrer pendant la période de prolongation



a

Le président somalien en visite au Burundi



a

Gitega regrette des sanctions prises à son encontre



a

Le Burundi gagne un palais présidentiel



a

Agathon Rwasa opte pour CNL que FNL



a

Des réactions légèrement divergentes sur la démission de Mkapa





Les plus populaires
La plus belle ambassade des Etats Unis en Afrique est au Burundi ,(popularité : 12 %)

Réconciliation entre les FNL et les CNDD-FDD de Kamesa,(popularité : 11 %)

Manif anti 3è mandat : Un agent du SNR tue un militaire de la FDN à Musaga,(popularité : 11 %)

Faut-il attendre encore Rwagasore pour des organes crédibles du parti ?,(popularité : 10 %)

Des réactions légèrement divergentes sur la démission de Mkapa ,(popularité : 10 %)

Investiture des administrateurs communaux issus des élections de 2015,(popularité : 10 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 10 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 9 %)

Muyinga/L’évêque du diocèse catholique dénonce les messages divisionnistes,(popularité : 9 %)

Les Imbonerakure en veulent à Anselme Nyandwi ,(popularité : 9 %)