Le Parlement belge inquièt de l’environnement politique burundaise




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 27 mars 2015  à 19 : 36 : 54
a

Le parlement Belge demande au gouvernement fédéral de s’investir pour que les élections de 2015 soient une occasion de promouvoir les droits de l’homme au Burundi. Ce parlement lui demande d’adopter une politique de sanctions dont le gel des avoirs de certaines autorités accusées de violations de l’homme au Burundi.

Dans cette résolution parvenue à la rédaction Isanganiro ce vendredi, la chambre des représentants Belge souligne ses inquiétudes sur les risques de violations des droits de l’homme au Burundi suite au processus électoral en cours.

Elle s’inquiète notamment que certains des jeunes du parti au pouvoir soient à la base des probables violations des droits humains en toute impunité. Ses inquiétudes portent aussi sur des limitations des libertés civiles et politiques en cette période en particulier le refus des réunions et des assemblées à motivation politiques.

La chambre des représentants de la Belgique demande au gouvernement belge de collaborer avec les autorités du Burundi pour que l’environnement politique soit assaini. Pour ce faire, il lui demande de se convenir avec les autorités burundaises d’une politique des sanctions portant notamment l’interdiction de voyage à certaines autorités responsables de violations massives des droits humains.

Ces derniers ne vont pas notamment bénéficier d’un permis de voyage vers l’Union Européenne et leurs avoirs seront gelés. Ces députés appellent leur gouvernement à conditionner sa promesse d’octroi du second financement du processus électoral avec le respect du contenu de la feuille de route et du code électoral notamment le respect de l’inclusion.

Des inquiétudes encore d’actualité

Ces députés demandent au gouvernement fédéral de s’impliquer pour que la vérité sur la mort des 3 sœurs italiennes en septembre dernier soit connue et que le procès des membres du Mouvement pour la Solidarité et le Développement respecte la loi nationale et internationale notamment les droits de la défense.

Ils interpellent le gouvernement fédéral belge à s’investir pour que les infractions qui pèsent contre les défenseurs des droits de l’homme Pierre Claver Mbonimpa et Bob Rugurika soient abrogées par la justice Burundaise.

Selon la chambre des représentants Belge, les cas de violations des droits humains au Burundi ces dernières années devraient faire objet d’une enquête approfondie.

Pour ce, la Belgique estime que son gouvernement devrait discuter avec Bujumbura des modalités de faire ces enquêtes pour aboutir à la vérité sur les crimes dont certains Imbonerakure, certains agents de l’administration et des forces de l’ordre se sont rendus coupables.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

589 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par nyankawinemera Bonheur   ce  samedi 28 mars 2015   à 06 : 54 : 17

Ni sawa hata ulimwengu ufuatie karibu vinavyotokea barani Afrika, Lakini sijaona wanaingilia kati ya mambo ya mataifa yalioendela ! Hata wao wenyewe wabelgiji wasisahau namna walivyo maliza kipindi kirefu bila kuwa na utawala wakizozana.
Je Burundi waliiombwa mchango ? Maana tungali katika utawala wa ukoloni mfumo mpya unaolenga kung’ang’ania mataifa fukara na kuyashinikiza kufanya wanavyo taka hata kama wenyeji wenyewe wana neno !!!Wanasingizia kuwa msaada watasimamisha ! Je itakuwa je nchi za afrika zitakapoinuka kiuchumi ?
Twaomba waache wananchi wenyewe wapaze sauti na watanzue matatizo pa sina kutemegea fikra zinazo tolewa na mataifa yalioendela !



Par Desire Musambanyi   ce  samedi 28 mars 2015   à 16 : 07 : 38

Pierre Nkurunziza a l’absence de réflexion sur la violence politique dans le pays. Il ne voit meme pas la mondialisation du danger, d’incertitude, d’ennemi invisible… où ce qui est décrit n’est pas la figure de l’adversaire mais l’ignorance de celui qui lit. L’obligation de ces « experts » de répondre aux demandes des médias avant qu’ il annonce son 3e mandat, pour noyer notre pays dans l’horreur de la violence par le flot de ses mots en renforcant sa tendance comme l’ont montré les événements de Pascal Nyabenda. Il est Incapables d’analyser précisément la matérialité d’une violence qui ne parle pas d’elle-même, et souvent (mais pas toujours) inconscients de la projection de leurs croyances sur les significations données à cette violence. La stratégie de ces experts auto désignés est alors de sécuriser encore un peu plus une population déjà écoeurée de cette violence dont le caractère politique échappe à l’entendement immédiat en ignorant les pistes, les possibles et le danger du futur à cause de Nkurunziza. Non au 3e Mandat !



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 5 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

Pascaline Kampayano dément les propos du porte-parole du président ,(popularité : 3 %)

Les ONG contre le nouveau projet de loi sur la presse,(popularité : 3 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 3 %)

Une rhétorique de mésentente entre le CNDD FDD et le FORSC autour de la gouvernance ,(popularité : 3 %)

La CENI de 2015 : Comment retoucher la constitution du Burundi,(popularité : 3 %)

La rencontre rouvrira l’espace politique ,(popularité : 3 %)

EurAc plaide pour des sanctions contre certains responsables burundais,(popularité : 3 %)

Politique : Violence à Kayogoro , Tolérance à Bururi ,(popularité : 3 %)