Muyinga/Des Imbonerakure, juges en lieu et place de la justice




Par: Dieudonné Nzeyimana , dimanche 29 mars 2015  à 15 : 37 : 31
a

Une octogénaire résidante de la colline Bugomora, commune Muyinga et province Muyinga pleure depuis plus d’une semaine ses deux chèvres pris de force au grand jour par un groupe de trois personnes, présumés être des jeunes militants (imbonerakure) du parti au pouvoir, a-t-on appris de la victime.

Mme Rosalie Mbuzukongira, plus de 70 ans, indique que les trois hommes se sont présentés chez elle dans l’après-midi de jeudi de la semaine dernière à la recherche du chanvre à fumer qu’elle entretiendrait à l’arrière-cour de sa maison.

Les trois jeunes à la tête desquels, un certain Ciza de la colline de Mukoni dans la même commune, ont sommé l’infortunée de payer une amende de 250.000 francs faute de quoi elle encourait une peine de 30 ans d’emprisonnement, manière de faire pression sur la vieille. Incapable d’avoir l’argent, les malfrats se sont servis en prenant de force deux chèvres sous pâturage. La bande a même refusé d’attendre que Mbuzukongira vende une parcelle pour trouver l’argent exigé, a-t-on appris sur place.

Récupérer les deux chèvres, c’est le souhait de cette mère signifiant que le chanvre en question est pour elle une plante médicinale. « Plus d’un sur cette colline a déjà eu des remèdes de cette plante, soit pour soigner les enfants, soit pour le bétail », révélation de Mme Rosalie.

L’administration passive ?

Le chef de colline Bugomora, Elysé Kajeguhakwa, affirme être au courant de ce vol qualifié mais hésite à mettre la main sur les voleurs.

L’administrateur de la commune Muyinga, Déogratias Rwamuhizi, regrette que l’affaire est restée sans solution parce qu’il était trop surchargé. Il indique avoir convoqué au bureau le nommé Ciza, celui-ci a nié les allégations portées contre lui et sa bande.

Invité à qualifier les faits, le premier substitut du procureur de la République à Muyinga, a répondu que c’était trop tôt pour faire une qualification des faits avant d‘entendre les parties en conflits. « Toutefois, nous nous saisissons d’office de ce cas, un citoyen lambda ne peut pas agir au nom du parquet », a-t-il dit.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

969 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Ndikumana Roger   ce  lundi 30 mars 2015   à 01 : 21 : 06

Kurima kangikigomba ntivyemewe.
Kurya ihene zumunyagihugu umuziza ko arima kangikigomba navyo ntivyemewe.
The two parties ought to be punished by the law.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi



a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi





Les plus populaires
L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’,(popularité : 15 %)

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi ,(popularité : 4 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 3 %)

La CVR toujours à l’œuvre ,(popularité : 2 %)

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU,(popularité : 2 %)

Bujumbura : Les refoulés de Gasenyi reviennent un en un,(popularité : 2 %)

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza,(popularité : 2 %)

Bientôt un projet de loi pour lutter contre les violences basées sur le genre,(popularité : 2 %)

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi,(popularité : 2 %)

Journaliste Hassan Ruvakuki : 200 jours d’incarceration et de combat pour sa libération ,(popularité : 2 %)