Les députés frondeurs dans l’œil du cyclone




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 31 mars 2015  à 18 : 27 : 11
a

Au moins 39 députés avaient apposé leurs signatures sur les lettres de demande de révocation du président de l’Assemblée Nationale ce mardi après-midi vers 16 heures.

La question reste de taille cependant car pour le parlement étudie pareille question , il faudrait au moins de 71 députés présents dans la salle .

Notre source de ce mardi précise que dans l’après-midi de ce même mardi, les députés membres du parti au pouvoir ont été appelés à la permanence nationale du parti au pouvoir.

Jusqu’à présent, la question à l’ordre n’est pas connue mais notre précise qu’elle viserait tout simplement les députés frondeurs en tête desquelles Pie Ntavyohanyuma, le président de l’Assemblée Nationale .

Selon lui, le règlement régissant le fonctionnement de l’Assemblée Nationale pourrait être interprété pour faire sauter Pie Ntavyohanyuma de son poste.

En cause, il se trouve dans l’œil du cyclone de Pierre Nkurunziza pour s’être opposé à la 3ème candidature. Il risque d’être emporté par ce courant selon ces termes en vue de faciliter les amendements qui devraient être opérés dans les instituions plus tard.

Les députés contre la fronde seraient portés à évoquer l’article 22 du statut régissant le fonctionnement du parlement pour demander sa révocation notamment . En cas de paralysie des activités de l’Assemblée Nationale, le règlement stipule qu’un quart des députés peut réclamer le départ du président selon notre source.

Notre source précise aussi que le président de la république agit par personnes interposées pour que le président de l’Assemblée Nationale soit limogé notamment pour que les frondeurs soient remplacés dans leurs postes de responsabilités, au parlement et ailleurs, par d’autres qui sont pour le 3ème mandat qu’ambitionne Pierre Nkurunziza.

En plus du président de l’Assemblée Nationale, ce courant devrait faire radier les députés qui s’opposent au 3ème mandat et d’une pierre deux coups, ceux de l’Uprona qui ne soutiennent pas leur présidente Concilie Nibigira pourraient eux aussi sauter selon d’autres sources.

Notre source estime que tout n’est pas cependant complètement joué car une telle question pour faire objet d’étude en session plénière doit voir la présence d’au moins 71 députés, soit 2/3 des membres et la tache ne sera pas du tout facile .

Nous avons contacté le porte- parole de l’Assemblée Nationale pour plus de lumière sur la question mais sans succès.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

2764 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par   ce  mercredi 1er avril 2015   à 04 : 06 : 56

Bamwe bavuga ngo Nkurunziza ni Nyamuragi kuko abamuhanura bose ataco abishura Nibabone ko avuga par des signes exactement comme un sourt mieut
Ariko ukwo bigenda kwose ,ivyo afuruguta vyose ni vyubusa kuko kirya kibanza arimwo ntazogisubiramwo nagende kurima amavoka canke ibijumpu nabonye abikunda
Ashatse yikinire umupira ijoro n umutaga Ariko azobanze atange umuco ku bwicanyi n ubusuma vyabaye ku ntwaro yiwe
KUBERA INTWARO YIWE YABAYE NKIYA FALAO NAGENDE ABARUNDI BARUHUKE ITERABWOBA IREMENTANYA AKAGAYE N AGASUZUGURO



Par Nsanzurwimo Pierre   ce  mercredi 1er avril 2015   à 05 : 24 : 09

Pourquoi diable toutes ces analyses inutiles, alors que bon gré, mal gré, Nkurunziza devrait se soumettre sous peu à l’épeuvre de la seule hirondelle qui ne fait pas de printemps ? Le Peuple burundais évolue avec le temps. Abo nabo aguma yirukana, aribuka ko mu gifaransa bavuga ati, - Rira mieux qui rira le dernier. -



Par Vyankamvuga Silas   ce  mercredi 1er avril 2015   à 16 : 19 : 27

Les députés frondeurs dans l’oeil du cyclone

Je ne comprends pas pourquoi les gens se tracassent les méninges en pensant encore au 3è mandat du président sortant Pierre Nkurunziza alors que c’est très bien clair que ce fameux mandat est inadmissible voire même impossible bongré malgré !
Abarundi ni bareke gusamazwa n’ababarandisha imitsi bongera babatera ubwoba nibitwararike ibindi bikorwa vyinshi bihanze igihugu bitorerwe inyishu .
Nkurunziza n’akagwi kiwe bamaze guhemukira Uburundi n’umugambwe CNDD-FDD ; ariko arasubiza ubutegetsi yongera atuma umugambwe aturukamwo uzotsindwa kandi uragashaka utsindwe warakumiriye abantu benshi na cane cane abaharaniye démocratie politiquement voire même militairement .Inkubisi y’amadasahurwa irayakubita ikayitarukirizako !



Par GN   ce  jeudi 2 avril 2015   à 13 : 15 : 29

La période que le Burundi traverse nous renseigne, une fois de plus, sur la qualité des hommes qui nous gouvernenet : des amnésiques qui, malheureusement pour nous et pour eux, ne savent pas tirer la moindre leçon de l’histoire locale (guerre civile), régionale (Interahamwe, TPIR pour le Rwanda et CPI pour certains chefs de bandes en RDC), africaine (CPI pour Gbagbo et ses acolytes) et mondiale (Nuremberg pour les nazis et CPI pour les dirigeants de l’ex-Yougoslavie).
Les dissensions au sein du CNDD-FDD,quant à elles, pourraient se muer en opportunité pour les Burundais.
Ne nous rendons-nous pas finalement compte que le CNDD-FDD ne nous a pas apporté les changements tant attendus ?
Nous voyons Monsieur Rwasa appeler au traitement égal de tous les Burundais, de quelque parti qu’ils soient ; de quelque ethnie qu’ils soient. ça n’a pas toujours été le cas.
N’assistons-nous pas à une mobilisation générale pour plus de justice, à plus d’équité, à plus de démocratie et à plus de liberté ?
C’est justement parce que l’opposition externe, comme interne, se rend compte que certaines politiques d’exclusion envisagées au départ, dans un certain nombre de projets politiques, ne paient pas. Rwasa, Radjabu, Onésime, Ntanyungu et bien d’autres reconnaissent, malheureusement tardivement, que les discriminations sur base partisane, régionale, ethnique et autres, ne paient pas.
Autant Pierre Nkurunziza et Concilie Nibigira sont prêts à tout pour se maintenir, tant pis si cela doit passer par la haute trahison, autant la population de toutes les classes sociales, de toutes les régions, de tous les partis (y compris du CNDD-FDD), de toutes les ethnies sont déterminées à empêcher, au risque de leur vie, que la démocratie chèrement acquise soit mise en cause.
Quant aux Imbonerakure qui se prêtent au jeu de la mort dans lequel certains jusqu’auboutistes les attirent, ils répondront seuls devant les juridictions car personne n’acceptera d’endosser la responsabilité de leurs crimes.
Prions le Tout-Puissant pour qu’il protège le Burundi.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 16 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 8 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 5 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 3 %)

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées ,(popularité : 3 %)

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC,(popularité : 3 %)

UA appelle les burundais au dialogue d’Arusha fixé du 18 au 24 octobre,(popularité : 3 %)

Pas de négociation en Suisse mais un atelier,(popularité : 3 %)

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !,(popularité : 3 %)

Les restes de Gahutu, et Misigaro pourront être rapatriées après des années,(popularité : 3 %)