RDC : Les difficultés connues par les déplacés de Mutarule basés à sange depuis juin dernier




Par: Jackson Bahati, correspondant à Cibitoke , mercredi 1er avril 2015  à 12 : 06 : 04
a

Plus de cinq mille déplacés de Mutarule basés à Sange, Sud Kivu à l’est de la RDC connaissent des multiples difficultés après leur déplacement intervenu en juin dernier. C’est après l’assassinat d’une trentaine des personnes par des hommes armés inconnus que ces familles se sont regroupées à cette endroit. L’administration sensibilise le retour de ces déplacés.

Les déplacés de Mutarule basés à sange mènent une vie déplorable à sange dans la plaine de la Ruzizi. C’est dans une cité située à plus de 70 km au sud de la ville de Bukavu au Sud-Kivu en R D Congo.

D’après leur Représentant Janvier Hatari Ruhigura rencontré sur place, l’alimentation pose problème dans les familles des déplacés, estimés à plus de 5 mille âmes. Pour se nourrir les déplacés travaillent dans les champs des habitants de Sange en échange des vivres.

D’autres reçoivent une somme de 2.500 francs congolais par jour. D’autres se rendent dans leurs champs abandonnés dans la périphérie de Mutarule, à une dizaine de kilomètres de sange.

Ces derniers font chaque jour plus de vingt kilomètres à pied à l’allée et retour. Quelques femmes interrogées parmi les déplacés de Mutarule disent rentrer chaque soir très accablées par la fatigue.

Certains déplacés interrogés ayant requis l’anonymat nous déclarent avoir reçu une assistance en vivres deux fois depuis qu’ils sont à sange. Cette source parle de la première assistance reçue de la part de l’ONG Comité International Croix Rouge (CICR) en sigle. C’était au mois de Juillet 2014 un mois après leur déplacement.

Cette assistance était composée de 50 kg de farine de maïs, 20 kg des haricots, 10 litres de l’huile végétale, 25 kg de petit-pois et autres pour chaque ménage.

Certaines familles déclarent avoir consommé cette assistance pendant un mois, d’autres moins d’un mois selon le nombre de personnes dans différentes familles.
Au mois de décembre 2014, différentes sources parmi les déplacés disent avoir reçu l’assistance en vivres de la part de l’ONG world Vision. Toute cette assistance est déjà consommée et ces déplacés peinent pour trouver quoi manger.

Des déplacés locataires

D’après le Représentant des jeunes dans la plaine de la Ruzizi, sur la liste des difficultés connues par ces déplacés, s’ajoute le paiement de loyer mensuellement.
Etienne Togera parle d’un montant de 5 à 10 dollars payé par chaque famille. Plus de 10 personnes passent la nuit dans une petite maison dans des conditions très difficiles.

Il ajoute aussi les frais scolaires payés à la fin de chaque mois pour la scolarisation de leurs enfants qui étudient dans différentes écoles primaires et secondaires de la cité de sange. Pour chaqu’enfant de l’école primaire, il faut payer une somme de deux mille francs congolais et ceux du secondaire payent 4.500 francs congolais.

Plusieurs familles qualifient ce montant très exorbitant par manque de moyen financier. Deux femmes veuves nous déclarent l’abandon des classes de leurs enfants pendant cette année scolaire en cours. Ces femmes disent être incapables de supporter le coût de la prime des enseignants et chercher quelque chose à manger quotidiennement.

Dans certaines familles des déplacés visitées à sange, certains enfants souffrent de paludisme. Leurs parents témoignent qu’ils ne bénéficient aucune assistance médicale pour se faire soigner. Comme conséquence, des cas d’automédication deviennent très fréquents dans des familles où les enfants ou adultes sont tombés malades.

Des sources concordantes à sange, parlent de quatre personnes décédées parmi les déplacés par manque des soins médicaux. Contacté le secrétaire Intérim de la cité de sange sur ce sujet dit ne pas être en mesure de donner une solution à ce problème de la santé. Un rapport a été envoyé à sa hiérarchie ajoute la même source.

L’administration sensibilise ces déplacés pour retourner à Mutarule

L’administration de la cité de sange a reçu une forte délégation de la banque mondiale venue écouter ces déplacés sur le retour dans leur localité d’origine.

En plein échange, ces déplacés ont répondu à l’unanimité qu’ils ne sont pas encore prêts à retourner à Mutarule. Selon eux, la sécurité n’est pas encore garantie à Mutarule et ses environs. Ils exigent le désarmement forcé de tous les groupes armés actifs dans la plaine de la Ruzizi et dans le moyen plateau.

Retourner maintenant à Mutarule c’est s’exposer encore. A la fin de cet échange, la Responsable de la délégation de la banque mondiale dit comprendre la grande préoccupation de ces déplacés.

Toron Maourissia promet d’échanger avec les autorités de la RDC autour de ce sujet.
D’après la Représentante des femmes déplacées de Mutarule, le retour des déplacés dans leur milieu est encore hypothétique.

Selon Chantal Mutakiwa, des militaires des FARDC accusés de collaborer avec des miliciens dans l’assassinat d’une trentaine de personnes le 06 juin 2014 à Mutarule sont encore dans cette région.

Ces militaires doivent être mutés dans d’autres provinces car ils ne sont pas des chefs coutumiers ajoute la même source.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1526 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Qui est le nouvel homme « fort » de l’Afrique du Sud ?



a

« Zimbabwe de Mugabe : De la libération à la misère ».



a

Le 25 mai, pour la mémoire des grands leaders africains



a

« Le terrorisme ne pourra pas plier l’Egypte, il le renforce », dit Amb. A.B Arafa Radwan



a

USA : Donald Trump, élu 45ème Président des USA



a

Les journalistes somaliens lancent leur syndicat après des années sous le joug des insurges



a

Les insurgés somaliens ne contrôlent que moins de 20% du territoire du pays



a

L’avenir de l’Afrique est aux mains des Africains, dit Desalegn



a

Football : le Suisse Gianni Infantino élu président de la Fifa



a

Foot mercato : L’actualité des transferts





Les plus populaires
Qui est le nouvel homme « fort » de l’Afrique du Sud ?,(popularité : 9 %)

Bosco Ntaganda est accusé de 13 chefs de crimes de guerre et de 5 chefs de crimes contre l’humanité,(popularité : 2 %)

Al Shebab « bat de l’aile ,(popularité : 2 %)

Etats Unis : Un étudiant burundais sous menace d’expulsion ,(popularité : 2 %)

Berlin annonce un gèle de 21 millions d’euro d’aide au Rwanda, DW rapporte,(popularité : 2 %)

Dossier Yannick Nihangaza : L’Australie va expulser le plus grand rouleau compresseur ,(popularité : 2 %)

Forum des femmes francophones ,(popularité : 2 %)

Simba Bukuru, le nouveau roi des Bafulero,(popularité : 2 %)

Le premier Ministre Ethiopien Meles Zenawi n’est plus,(popularité : 2 %)

Le procès Ntaganda s’ouvre devant la Cour pénale internationale,(popularité : 2 %)