Mugamba : Privés de leurs pancartes, les enseignants de cette commune ont quand-même manifesté




Par: Jean-Pierre Misago , mercredi 8 avril 2015  à 18 : 29 : 03
a

Les six pancartes que brandissaient une cinquantaine d’enseignants de la commune Mugamba leur ont été retirées dès le premier pas de leur manifestation de ce mardi 7 avril 2015. Le commissaire provincial de police de Bururi les a lui-même saisies à l’entrée du lycée Tora devenu lieu de rassemblement des manifestants après que la police de Mugamba ait investi le cercle de Tora qui était prévu à cette fin. Ce responsable policier promettait de remettre tous ces écrits à l’administrateur communal.

La marche manifestation a été autorisée jusque dans les parages du bureau communal et les manifestants n’ont pas viré vers ledit bureau. Les sources policières sur place ont fait savoir que l’administrateur avait réquisitionné la police afin qu’elle empêche les manifestants de s’approcher des bâtiments publics ou perturber la circulation sur la voie publique.

Deux pancartes que ces enseignants avaient réussi à garder sur eux ont été brandies avant que le chef de poste de police de Mugamba, en colère, ne s’en saisisse. Mais la lutte doit continuer, a lâché un manifestant.

"J.C MATUNU, Halte à la spoliation des parcelles des enseignants", "Nous exigeons l’arrêt immédiat de la distribution et de la gestion opaque des parcelles des enseignants" sont quelques écrits qu’on a pu retenir.

Les deux parties s’accusent mutuellement de vouloir politiser cette question des parcelles :

Pour Jean-Claude Matunu administrateur communal de Mugamba, un politicien de la place dont il n’a pas précisé le nom a récupéré ce mouvement des enseignants pour ses propres intérêts. On a appris à Muramba qu’il parlait de Martin Nduwimana qui voudrait fonder une autre aile de l’UPRONA dite" intermédiaire" (qui n’est ni pour Concilie NIBIGIRA ni pour Charles Nditije) en se faisant aidé par ces enseignants. Selon Matunu, Martin Nduwimana avait même préparé un rafraîchissement au cercle deTora après ladite manifestation.

Pour Prime Ndayishimiye, représentant communal du CONAPES (le plus représenté parmi les manifestants), il s’agit d’une échappatoire de la part de l’administrateur qui a déjà entrepris la division de ces enseignants. Selon ce syndicaliste, les sites de Vyuya, Muramba et Kibezi ont été déjà désignés à cette fin. Et aucune autre affectation n’est possible selon la convention entre le Gouvernement burundais et les syndicats des enseignants de 2002.

J.C Matunu aurait contourné les syndicats pour attribuer des parcelles à certains enseignants en violation des critères syndicaux dans la politique présidentielle de la création des villages modernes. Et c’est pour s’attirer des gens qui l’aideront dans sa propagande afin de rester à la tête de cette commune qu’il vient de diriger pendant 19 ans selon Ndayishimiye. J.C Matunu évoque le respect de la loi dans toutes ses décisions.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

921 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par GN   ce  jeudi 9 avril 2015   à 13 : 01 : 47

Laissez, s’il vous plaît, mon peuple s’exprimer ! Le pays est sous la menace des tueurs du CNDD-FDD (Gelase NDABIRABE vient de le rappeler à ceux qui en doutaient encore). La police devrait, de ce fait, être plutôt aussi prompte à s’occuper de cette problématique hautement sécuritaire que quand elle est appelée à gêner des manifestations pacifiques de pauvres enseignants qui ne font que réclamer leurs droits.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises



a

Assemblée nationale : la réinsertion des enfants de la rue jugée peu productive



a

Bujumbura : grogne des taxi-vélos membres de la Sotavebu



a

Bujumbura : introduction d’un nouveau cahier de ménage



a

Karusi : une mère et ses trois enfants accueillis au bureau du CDFC



a

L’Aïd el-Fitr : les leaders appellent à l’unité des musulmans à l’approche des élections de 2020





Les plus populaires
Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 10 %)

L’ISTEBU valide la stratégie nationale de la statistique 2016-2020,(popularité : 6 %)

Le centre d’assistance intégrale pour les victimes des violences sexuelles moins connu à Muyinga.,(popularité : 6 %)

Le Burundi se dote d’un premier centre de traitement d’Ebola,(popularité : 5 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 5 %)

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance,(popularité : 5 %)

Muyinga : halte à la démographie galopante,(popularité : 5 %)

Les hépatites, maladies infectieuses dont plusieurs catégories de gens courent un risque ,(popularité : 5 %)

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises,(popularité : 4 %)

Bubanza : HONYORA UKARABE, un dispositif pour le lavage des mains ,(popularité : 4 %)