Pénurie du carburant : Les pompes vides, les stocks pleins ou presque




Par: Désiré Nimubona , vendredi 10 avril 2015  à 16 : 14 : 35
a

Les six derniers mois, les importations du carburant par les opérateurs pétroliers vers le Burundi ont été normales mais les livraisons ne suivent pas le rythme des importations, selon un document de la Banque de la République du Burundi la BRB.

Tenez, selon ce document utilisé par ailleurs lors des travaux de déclaration de politique monétaire ce jeudi à Bujumbura, on revient sur les chiffres des importations en carburants pour les six derniers mois.

Le document mentionne qu’en octobre 2014, les pétroliers ont importé 21,44 millions de litres carburants (essence et gasoil confondus) mais ont mis sur le marché 11,36 millions de litres de carburant seulement. Ceci, selon le document montre que le stock s’est enrichi d’au moins de 10,08 millions de litre de carburant.

Le mois suivant, en novembre 2014, les pétroliers ont importé, essence, gasoil et pétrole confondus, 38,63 millions litres et ont écoulé seulement 9,48 millions de litres de carburant, laissant ainsi dans le stock 29,15 millions de litre de carburants.

Décembre 2014, les pétroliers ont importé le double des importations d’octobre la même année c’est-à-dire 42,56 millions de litres de carburants, essence, gasoil confondus. Cependant, les pétroliers ont mis sur le marché 10,93 millions de litres, faisant ainsi un stock dépassant 31,63 millions de litres pour ce mois seulement.

En janvier 2015, les choses commencent à changer ! Les importations en carburants (essence et gasoil) baissent et arrivent à 10,95 millions de litres mais seulement 9,24 million de carburant seront mis en consommation. Ceci signifie que le stock a été alimenté d’au moins 1,71 millions de litres en janvier.

Selon les documents, en février, aucune goute d’essence n’a été importée. Mais les pétroliers, ont importé le gasoil estimé à 4,96 millions de litre et ont en même temps mis en consommation 10,55 millions de litres dont 5,17 millions de litres de gasoil et 4,79 million de litres d’essence venu du stock des importateurs.

Ici, comprenez que les pétroliers se sont servis du stock pour augmenter le carburant à injecter en circulation. Au total alors 5,59 million de litres ont été puisés dans le stock pour compléter la quantité mise en circulation. Mathématiquement donc on a l’expression « -5,59 million de litres ».

En mars, les importations apparaissent avoir été en hausse. En effet, ce document de la BRB indique que les importations en carburant ont été de 6,35 millions de litres tandis que la consommation elle a été de 10,59 millions de litres, donc des consommations supérieures aux importations, ce qui fait que la mise en circulation du carburant par les pétroliers ont emprunté au moins 4,24 millions de litres du carburant du stock déjà constitué, soit l’expression « -4,24 millions de litres de carburants).

« La pénurie du carburant au début du mois de mars ne semble pas se justifier : Les importations du troisième trimestres sont 3 fois les besoins réels » conclut le document de la banque de la république.

Ceci explique que les stocks en carburant au Burundi, malgré la pénurie répétitive, gardent au moins la somme des millions de litres de carburants non injectés dans la circulation par les importateurs.

Une simple sommation des importations de six derniers mois rapproche le stock à plus de 60 millions de litres de carburants disponibles dans les stocks mais non livrés, capables de satisfaire la soif des véhicules, des groupes électrogènes et d’autres engins du Burundi pendant plus de 3 mois.

Mais le ministère du commerce, de l’Industrie, du Tourisme et de l’artisanat lui, a une autre version des faits.

La cause de cette nouvelle pénurie après celle d’il y a deux semaines (en mars 2015) « est due aux congés de Pâques prolongées dans les pays de transit, ce qui n’a pas permis aux importateurs des produits pétroliers de recevoir les documents de voyages des produits et les autres formalités d’usage dans les délais ».

Le même ministère rassure que la fin de la pénurie c’est « avec la semaine prochaine, à partir de lundi le 13 avril 2015 » selon le communiqué du Ministère signé par l’assistant du Ministre Gérard Nduwingoma.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

699 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 3 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 3 %)

Muyinga/Les commerçants reconstruisent eux-mêmes les marchés,(popularité : 2 %)

Burundi : De nouveaux tarifs de contrôle technique rejetés par le ministère de tutelle,(popularité : 2 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 2 %)

Doing Business : Le Burundi Meilleur réformateur économique, mais toujours insatisfait,(popularité : 1 %)

Appel à une conjugaison d’efforts en sauvetage de la monnaie burundaise ,(popularité : 1 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 1 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 1 %)

Les non dits des micro finances,(popularité : 1 %)