Sécurité : Double langage au sein de la police




Par: Jean-Pierre Misago , dimanche 12 avril 2015  à 09 : 42 : 00
a

Dans une interview accordée aux journalistes ce vendredi 10 mars 2015 à Kiryama de la province de Bururi, Gabriel Nizigama Ministre de la sécurité publique a été on ne peut plus clair : il n’y a ni milices en formation ni distribution d’armes sur le territoire burundais en général et dans le sud du Burundi en particulier.

Au terme d’une causerie morale qu’il venait d’animer à l’intention des policiers opérant dans cette partie du Burundi, ce Ministre a déclaré que les différents organes concernés ont mené des enquêtes minutieuses et aucun élément susceptible de perturber l’ordre et la sécurité n’a été identifié.

Par ailleurs, poursuit le Ministre de la sécurité, la région sud (qui est composée des provinces Makamba, Bururi, Rutana et Rumonge) est réputée pour l’opérationnalité des comités mixtes de sécurité. Il est donc inconcevable que certaines stations de radio soient les premiers à en être informées.

Le Ministre Nizigama s’oppose ainsi aux récentes déclarations de Liboire Bakundukize porte- parole de la police nationale. Ce dernier venait en effet d’affirmer que les bombes et mortiers découverts dans un ménage de Gakungwe en commune kabezi de la province de Bujumbura avaient un lien avec la probable distribution d’armes rapportée ces derniers jours.

Le Ministre de la sécurité publique s’est gardé de dire si oui ou non le porte-parole de la police s’est trompé, il dira seulement qu’il n’a pas entendu ou enregistré les propos de Bakundukize pour les commenter.

Le Ministre Nizigama regrette tout de même la disparition de neuf fusils en région sud suite au non respect des règles de travail par certains policiers qui sont actuellement sous interrogatoire.

Même si certains pays comme l’Inde et le Rwanda ont déjà conseillé à leurs ressortissants de quitter le Burundi ou d’observer la restriction de mouvements, cela n’augure en rien une probable insécurité, a martelé le Ministre Nizigama.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1993 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par GN   ce  dimanche 12 avril 2015   à 13 : 15 : 55

C’est bien qu’un ministre chargé de la Sécurité publique affirme qu’il n’y a pas de distribution d’armes. Mais les enquêtes auraient-elles aussi été menées dans les menages des Imbonerakure et des dirigeants du CNDD-FDD, quand on sait qu’un policier ou un administratif local n’a plus aucun pouvoir sur les Imbonerakure ?

Que signifient les séjours suspects d’Adolphe Nshimirimana dans différentes provinces du pays, particulièrement à Bubanza, Cibitoke, Makamba et Muyinga alors qu’il est conseiller chargé des missions auprès du Président de la République ? Que signifient les menaces des Imbonerakure qui ne cachent plus qu’ils vont tirer à balles réelles sur quiconque se mettra au travers de la voie de Pierre Nkurunziza pour un 3ème mandat ? Que signifie la déclaration, pour le moins criminelle, de Gelase Ndabirabe qui a regretté que le CNDD-FDD ait quitté la brousse où il était encore permis d’assassiner des opposants ? On peut se souvenir en passant d’un certain ministre Nyandwi qui a fait les frais de cette intolérance alors que le CNDD-FDD n’était plus dans la brousse. Que signifient la manifestation "PETER-MVAKO" de ce samedi 11/04/2015, les explosions de ballons devant la RPA et les slogans menançants pendant la marche et au stade Tempêt de Kabondo ? Que signifie l’impunité des Imbonerakure ? Que signifient les entrainements militaires des Imbonerakure à Kiliba Ondes ? Que signifie le déploiement de "bataillons" entiers d’Imbonerakure pour quadriller tout le pays pendant les élections ? Que signifie la fermeture des frontières du Burundi par des Imbonerakure ? Les ministres de la Sécurité et de l’Intérieur ne voient rien de tout cela et c’est très dommage pour la sécurité du pays.

Si le ministre Nizigama, chargé de la Sécurité publique, nous rassure, nous le prenons au mot et lui demanderons des comptes au cas où le scénario catastrophique de la distribution des armes se vérifierait avant, pendant et après les prochaines élections.

Dieu, le Tout-Puissant, garde le Burundi !



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article