FORSC : L’Unité Nationale se cherche encore




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 7 février 2012  à 07 : 32 : 30
a

Le Forum pour le Renforcement de la Société Civile, FORSC, plaide pour la mise en place d’une commission nationale pour la prévention des crimes de guerre, crimes de génocide et des crimes contres l’humanité et d’un conseil national pour l’unité nationale pour que l’unité nationale devienne une réalité.

Pour Pacifique NININAHAZWE, Délégué Général du FORSC, le 5 février 1992 est une date historique pour le BURUNDI car, pour la première fois, les burundais ont jugé que l’unité nationale est le socle du développement

Selon lui le pays célèbre cette journée en faisant face à certains défis, notamment aux difficultés d’ordre idéologiques qui risquent se répercuter négativement le peuple, à l’instar des problèmes ethniques de part le passé .

Certains burundais vivent dans une peur panique. Ils ont peur de mourir à cause de leurs opinions politiques. D’autres prennent le chemin de l’exil suite à leurs appartenance politiques.

Le délégué général du FORSC indique que la constitution de la république du BURUNDI contient des dispositions qui reconnaissent l’existence des commissions nationales pour palier ce défi. Il s’agit de la commission nationale pour la prévention des crimes de guerre, des crimes de génocides et des crimes contre l’humanité et du conseil national pour l’unité nationale.

Pour que l’unité nationale devienne le fondement des valeurs du pays ces commissions devraient voir le jour, selon toujours le Délégué Général du FORSC.

La célébration de l’Unité Nationale en mairie de BUJUMBURA a eu lieu en présence du premier Vice-président de la République, Thérence SINUNGURUZA. Trois anciens présidents burundais avaient aussi pris part à ces cérémonies .




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

592 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 7 %)

le compteur des retenues démarre à la fonction publique,(popularité : 4 %)

Burundi : Samantha Power appelle au respect des droits de l’homme et la Constitution ,(popularité : 3 %)

Le Ministre iranien de la Coopération au Burundi ,(popularité : 3 %)

Un examen spécial sur le Burundi à Genève depuis ce jeudi,(popularité : 3 %)

Présidence : Vagues de remaniements et de nominations,(popularité : 3 %)

Un nouveau document de voyage dans la zone CEPGL bientôt en circulation,(popularité : 3 %)

Le CNARED dit non au dialogue interne, mais oui à la négociation,(popularité : 3 %)

Bujumbura : Un deuxième ombudsman burundais dont l’élection ne plaît pas à tous,(popularité : 3 %)

Une histoire de la nyakurisation politique ,(popularité : 3 %)