Campagne mardi noir par l’UB empêchée aux environs du pont Muha




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 21 avril 2015  à 22 : 28 : 43
a

Plus de 200 étudiants de l’Université du Burundi ont été empêchés d’arriver à la prison centrale de Mpimba où ils rendaient visite à deux responsables des étudiants incarcérés depuis vendredi de la semaine écoulés.

En tenue noir depuis 6 heures du matin, la plupart de ces étudiants qui représentent les autres dans les différents facultés et instituts s’étaient réveillés tôt et se sont rendus au campus IPA. Ils avaient pour objectif de se rendre à la prison centrale de Mpimba pour visiter deux autres étudiants sous les verrous à Mpimba depuis vendredi accusés d’outrages au chef de l’Etat Burundais. Ils leur amenaient une enveloppe d’argent dont le moment n’est pas connu en signe de soutien à ces deux étudiants arrêtés et incarcérés à la suite d’une manifestation contre le 3ème mandat qu’envisage Pierre Nkurunziza qui s’est déroulée aux environs du quartier Mutanga sud en Mairie de Bujumbura.

La police leur a barré la route au moment où ils étaient proches du pont Muha séparant la commune de Musaga et Rohero, aux environs du camp du Mess des Officiers Garnison de Bujumbura. Les éléments de la police leur ont signifié qu’ils n’étaient pas autorisés à rendre visite à ces deux étudiants étant à plus de 200 personnes.

Au lieu de faire usage de la force, ces étudiants ont rebroussé chemin. Ils ont refusé à la police de choisir 5 d’entre eux qui devraient aller rendre visite à ces deux étudiants sous les verrous à Mpimba comme le souhaitait la police. « Nous avions déjà entendu qu’ils allaient plutôt les emprisonner », a souligné Simon Marie Rurasuma, le représentant de ces étudiants.

Tous les mardis ‘’seront noirs’’

Ces étudiants regrettent de ne pas avoir été à la prison centrale de Mpimba ce mardi. Ils soulignent qu’ils n’abandonnent pas pour autant leur mission. « Tous les mardis nous allons exprimer notre mécontentement contre une parodie de justice », a-t-il dit.

Simon Marie Rurasuma a souligné que tous les mardis, les cours n’auront pas lieu dans l’avant midi car les étudiants viendront assiéger le parquet général de la république en Mairie de Bujumbura pour réclamer leur libération.

Ces deux étudiants ont été arrêtés et conduits manu militari au parquet de la République en Mairie de Bujumbura. Ils ont été accusés d’outrage au chef de l’Etat. Ils sont locataire de la prison centrale de Mpimba depuis samedi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1026 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message