Muyinga/Tracts intimidateurs : Un « ivrogne » condamné !




Par: Dieudonné Nzeyimana , samedi 25 avril 2015  à 12 : 17 : 56
a

Oscar Nsengimana, un jeune d’une vingtaine d’années vient d’être condamné par le tribunal de grande instance de Muyinga à une peine d’emprisonnement de 5 ans, a-t-on appris sur place.

Au cours de l’audience publique de vendredi, cet homme en prison depuis une semaine a été signifié qu’il est poursuivi pour acte d’intimidation par des tracts à l’endroit des élevés et sœurs Benemariya, gestionnaires de l’Ecole Technique Secondaire (ETG) Mukoni.

Le procureur de la République à Muyinga indique que l’accusé a été attrapé dans les enceintes de l’ETG Mukoni dans la nuit du 16 avril. Le lendemain, un tract menaçant de mort les sœurs a été retrouvée sous la porte de la directrice de cette école, une sœur également présente lors de l’audience publique de vendredi.

Ces sœurs ont peur, a-t-elle signifié, vu le contenu des tracts et le mouvement des personnes étrangères qui ont fait irruption dans l’internat du même établissement quelques jours avant l’arrestation du jeune Oscar.

Les sœurs risqueraient la mort pour ne pas avoir autorisé les élèves à prendre part aux manifestations dites de Paix récemment organisées par l’administration d’un côté et le parti au pouvoir de l’autre d’après le contenu des tracts à l’origine de cette peur chez les Sœurs de l’ETG.

Pas de preuve de culpabilité d’après l’accusé.

« Je suis un ivrogne, je me suis perdu et je me suis retrouvé à l’intérieur de l’ETG sans le savoir », explique l’accusé.

Refusant de répondre avec précision aux questions soulevées par les juges qui le confrontaient au ministère public, le jeune homme a toujours clamé son innocence par le seul fait qu’il était ivre le jour de son arrestation. Il est même arrivé que j’oublie où rentrer et je me suis retrouvé à l’intérieur de la brigade de police, a-t-il martelé.

Sans domicile fixe au centre urbain de Muyinga, Oscar passe la nuit à l’endroit communément appelé 09 en plein centre-ville de Muyinga, à côté des veilleurs. Il lui a été difficile de prouver son innocence d’autant plus que l’ETG est située à plus de 4 km de son lieu de logement (09), dans la périphérie du chef-lieu de la province.

Ce dossier a été jugé en flagrance suivant l’appel du Président de la République de juger d’urgence des cas des rumeurs ou toute source de panique chez les habitants en cette période électorale.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

986 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 4 %)

Muyinga /CVR Les agents de déposition sont déjà désignés sur les collines,(popularité : 3 %)

Deux pays différents deux justices différentes : Sinduhije libéré ce mardi ,(popularité : 2 %)

Pierre Claver Mbonimpa devant la justice ce vendredi,(popularité : 2 %)

Le FORSC satisfait de l’appel de l’UE contre des agents cités dans des assassinats,(popularité : 2 %)

Affaire Nyakabeto : lourdes sanctions contre les opposants à l’expulsion,(popularité : 2 %)

Le procès de Gatumba : Des cadres de la police dans la ligne de mire de la défense,(popularité : 2 %)

MAHOPA : fuite ou enlèvement ?,(popularité : 2 %)

Le rapport des massacres de Gatumba « remis à qui de droit » ,(popularité : 2 %)

Les inquiétudes de la LDGL dans la sous région,(popularité : 2 %)