La restriction de la liberté d’expression est bien réelle




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 29 avril 2015  à 20 : 13 : 00
a

Le gouvernement décide ce mercredi de couper les réseaux de communications mobiles (Léo – Burundi et Econet) pour les habitants des communes à fortes mobilisations contre la 3ème candidature de Pierre Nkurunziza à la tête du pays. Jusqu’à présent, les institutions étatiques n’ont pas encore expliqué les principales raisons de cette décision prise sous d’autres cieux uniquement lorsqu’un pays s’est ouvertement déclaré en Etat d’exception.

Cette décision a été prise dans l’après-midi de ce mercredi selon le personnel de ces deux entreprises de télécommunications mobiles. Elle rentre dans une série d’autres décisions gouvernementales allant dans le sens de la restriction des libertés d’informations.

Les communes concernées sont notamment Musaga, Cibitoke, Nyakabiga , Ngagara et Kanyosha pour avoir enregistré beaucoup de manifestants contre le retour de Pierre Nkurunziza en 2015.

Le Parquet de la République en Mairie de Bujumbura a décidé de suspendre les émissions en direct des manifestations dans la mairie de Bujumbura. Outre la fermeture de la Radio Publique Africaine, ellle a aussi empêché les médias privés à savoir Bonesha et Isanganiro de travailler en synergie à propos de ces manifestations sous prétexte qu’ils inciteraient la population burundaise à la révolte.

Depuis lundi de cette semaine, la population burundaise de l’intérieur n’a plus droit à l’information via les Radios Isanganiro et Bonesha Fm parce leurs fréquences ont été coupées. Un journaliste de Burundi - Eco a été battu par les policiers ce mercredi alors qu’il prenait des photos d’un camion anti – émeute dans la commune de Bwiza.

Certains téléphones fixes des Radios Isanganiro et Bonesha ont aussi été coupés par l’Office National des Télécommunications, ONATEL pour des raisons que cette entreprise ne parvient pas à expliquer jusqu’à présent .

Pourtant

Pourtant, la manifestation contre le retour de Pierre Nkurunziza en 2015 ne baisse pas d’un cran. La restriction de la liberté d’informer et de celle d’être informé devient une triste réalité dans ce pays qui n’a pas encore pansé les plaies causées par plus d’une dizaine d’années de guerre civile.

Pourtant, la population vit dans une peur panique à cause notamment des personnes qui se font passer pour des policiers pendant la nuit et aussi du spectre de la mort qui pèse sur elle depuis que 8 personnes aient été tué depuis le début des manifestations.

Pourtant, la population vit dans une peur panique. Elle veille sur sa sécurité pendant la nuit surtout dans ces communes à fortes mobilisations contre la troisième candidature de Pierre Nkurunziza en 2015.Pourtant, le gouvernement ne précise nulle part que le Burundi se trouve dans un état d’exception. Wait and see.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

2228 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Felix   ce  jeudi 30 avril 2015   à 20 : 35 : 10

Oh My God !!!!!!!!
C’est particulièrement choquant de voir un pouvoir se comporter comme ça au 21 e siècle. Qu’est-ce qui différencie le pouvoir de Nkurunziza des autres pouvoirs du passé au Burundi ? Qu’est-ce que signifie « DÉFENSE DE LA DÉMOCRATIE » dans le nom de son parti ? Ce sont les choix que l’on fait qui font ce que l’on est. Réprimer la liberté est semblable à ce qui s’est passé au CHARLIE HEBDO en France au début de l’année 2015, rien de plus. Et Nkurunziza et son gouvernement semblent avoir aimé ce mauvais exemple.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bururi : l’admicom de Mugamba suspendu dans ses fonctions



a

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques



a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !





Les plus populaires
Bururi : l’admicom de Mugamba suspendu dans ses fonctions,(popularité : 100 %)

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques ,(popularité : 34 %)

Mbonabuca s’attaque aux médias et à la société civile ,(popularité : 3 %)

Burundi : Démocratie = Avoir un président Hutu selon le FNL,(popularité : 2 %)

Burundi : Fin des 8 mois pour la proposition des articles de la constitution à amender ; le rapport toujours tenu secret ,(popularité : 2 %)

L’Uprona de Kumugumya cautionnerait les décisions du CNDD FDD ,(popularité : 2 %)

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques,(popularité : 2 %)

La plus belle ambassade des Etats Unis en Afrique est au Burundi ,(popularité : 2 %)

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 2 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 2 %)