Rumonge : Les pouvoirs publics incapables de stopper le ravinement




Par: Jean-Pierre Misago , lundi 4 mai 2015  à 14 : 24 : 28
a

Depuis 2008, des ravins emportent des maisons d’habitation dans la ville de Rumonge lentement mais surement. Actuellement, on dénombre une cinquantaine de maisons déjà détruites et 150 autres le seront prochainement si aucune action n’est entreprise pour atténuer les effets dévastateurs des eaux de ruissellement des zones les plus haut placées.

Depuis lors, les politiciens ne cessent de vanter l’aménagement de ces ravins pour persuader les électeurs à voter pour eux. Hélas la promesse n’a jamais été honorée. Les riverains de ces ravins assistent impuissamment à la démolition de leurs maisons et disent les attendre au prochain tournant.

En 2011, Gérard Ndikumana administrateur de la commune Rumonge reconnaît l’incapacité technique et financière de cette commune et décide de saisir le Projet des Travaux Publics et de Création d’Emplois (PTPCE) pour intervenir. De ce projet, cette commune n’obtiendra qu’une promesse de financement et un devis de près de deux milliards de francs burundais pour l’aménagement de sept ravins qui avaient commencé à occasionner des dégâts à cette époque.

Il y a de cela deux mois, Egide Nijimbere un cadre de l’office des routes est venu s’enquérir de la situation et a promis d’intervenir dans les plus brefs délais sur le ravin baptisé "chez Sinzinkayo" qui menace de couper la RN3 et une ligne électrique haute tension. Mais jusqu’à présent, aucune réalisation malgré ses assurances que les marchés ont été déjà conclus.

A quand et d’où viendra le secours de ces populations ? Qui réparera les dommages causés par ces ravins ? Le financement de l’aménagement de ces ravins dont la grandeur et l’effectif augmentent du jour au jour sera-t-il toujours facile ?

Berahino Hussein, un des victimes de ce ravinement, dit que Gervais Rupfyikiri (2ème vice président) avait recommandé en 2009 que ces populations soient installées à Mutambara. L’administrateur communal de Rumonge dit qu’il ne connait pas ce dossier.

De son côté, Ir Thomas Turagerekewe chef du service de l’urbanisme et de l’habitat en province Rumonge dit qu’aucune indemnité n’est prévue à des personnes qui n’ont pas bénéficié des parcelles de ce service. Il rassure cependant que si les moyens financiers venaient à être disponibles, ce service est prêt à contribuer.

Nyandwi Samuel, responsable de la Regideso dans le sud du Burundi, dit que l’intervention sur le poteau électrique concerné ne tardera pas.

Quant à Samuel Manirakiza candidat conseiller communal de Rumonge pour le compte de l’Alliance des Démocrates pour le changement, c’est le manque de volonté politique qui a fait qu’on en arrive jusque là. Sinon, poursuit-il, le gouvernement burundais pouvait sans problème fournir les fonds nécessaires. Il espère que la question va trouver solution avec la création de la nouvelle province de Rumonge.

Entre-temps, la police de la protection civile propose que chaque ménage des quartiers qui dominent la ville de Rumonge se dote d’un puits perdu pour les eaux de pluie. Cela contribuerait à limiter leur action érosive.

Actuellement, neuf ravins menacent l’habitat et les infrastructures publiques dans la ville de Rumonge.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1137 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Environnement : La peur au ventre des habitants de Buterere à la veille de la période pluvieuse



a

Bujumbura : L’eau du lac Tanganyika en vert , coté Bujumbura Mairie



a

La réserve naturelle forestière de Vyanda en proie aux incendies



a

Des palettes de la Brarudi dans la fabrication de meubles



a

Environnement : Après Kiyange, c’est le tour de Gatumba



a

Plus de 25 chèvres atteintes par la peste à Bubanza



a

Qui a attribué les parcelles au bassin d’écrêtement de Buterere ?



a

La RN 17 devenue impraticable



a

La vallée de la rivière Murembwe de nouveau inondée



a

Des constructions au bord du Lac Tanganyika,quel avenir pour les amphibiens ?





Les plus populaires
Environnement : La peur au ventre des habitants de Buterere à la veille de la période pluvieuse ,(popularité : 7 %)

Des constructions au bord du Lac Tanganyika,quel avenir pour les amphibiens ?,(popularité : 3 %)

Bujumbura : L’eau du lac Tanganyika en vert , coté Bujumbura Mairie,(popularité : 2 %)

La réserve naturelle forestière de Vyanda en proie aux incendies,(popularité : 2 %)

La RN 17 devenue impraticable,(popularité : 2 %)

Environnement : Après Kiyange, c’est le tour de Gatumba,(popularité : 2 %)

Des palettes de la Brarudi dans la fabrication de meubles ,(popularité : 2 %)

La vallée de la rivière Murembwe de nouveau inondée,(popularité : 2 %)

Qui a attribué les parcelles au bassin d’écrêtement de Buterere ?,(popularité : 2 %)

Plus de 25 chèvres atteintes par la peste à Bubanza,(popularité : 2 %)