L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 10 février 2012  à 10 : 05 : 25
a

Gertude Kazoviyo, vice présidente de l’Observatoire de l’Action Gouvernementale (O.A.G), ne passe pas par quatre chemin en réagissant sur l’absence du projet de loi portant impôt professionnel sur les revenus, IPR, des mandataires politiques sur l’agenda des éléments qui seront analysés par la chambre basse du parlement pendant la session de février 2012.

Pour elle, les dignitaires politiques devraient savoir que même la lie du peuple s’acquitte de cette obligation. « Les petits fonctionnaires, les petit vendeurs de bananes, de la farine de manioc, d’ananas et autres paient l’impôt », a souligné la vice présidente de l’OAG.

Selon Gertrude Kazoviyo un tel comportement n’honore pas le gouvernement. "Aussi longtemps que le projet de loi n’a pas encore vu le jour, il ya deux poids deux mesures quant à la façon dont les citoyens sont traités". Pour elle, il ya "des contributeurs et des consommateurs du gâteau national à l’heure actuelle".

Grâce au soutien de la communauté internationale, beaucoup d’acteurs de la société civile avaient œuvré pour que le projet soit voit voté. Hélas, l’Assemblée Nationale l’a retourné au gouvernement pour des retouches, a t- elle dit la mort dans l’âme.

Au lieu d’esquiver, le gouvernement burundais devrait expliquer au peuple où il en est avec la préparation de ce projet de loi, c’est d’ailleurs une question de redévabilité, dit-elle. Ce professeur d’université plaide pour que l’application de ce projet de loi soit rétroactive une fois adopté.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

702 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 20 %)

Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi,(popularité : 10 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 5 %)

La REGIDESO relègue à l’écart la misère de la population,(popularité : 5 %)

La vie chère est une triste réalité l’Archevêque de Bujumbura, Mgr Ngoyagoye déplore ,(popularité : 5 %)

Trop d’impôt tue l’impôt à Makamba ,(popularité : 5 %)

Incendie du marché de Bujumbura, douleur à Dakar ,(popularité : 5 %)

Nouveau-né dans le monde bancaire burundais ,(popularité : 5 %)

Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 4 %)

Air Burundi et les servies de la présidence dans les fraudes pour billets d’avions,(popularité : 4 %)