Le café burundais à l’ agonie, l’Intercafé Burundi alerte !




Par: Désiré Nimubona , vendredi 10 février 2012  à 09 : 34 : 38
a

Le café burundais se trouve à l’agonie suite à plusieurs raisons, dont le manque d’encadrement des caféiculteurs, le manque de suivi de plants, le vieillissement du verger caféiocole, le manque d’entretien de ce même verger, le manque de paillis, le désintéressement de la population et d’autres raisons, comme le montre une étude menée par Antoine Kinyomvyi, un consultant mandaté par Intercafé Burundi.

Selon le consultant, le café burundais, malgré son goût apprécié par pas mal de gens, va en régressant, d’une année à l’autre, alors qu’on se retrouve avec une seule bonne récolte une fois deux ans.

Au moins une diminution de 40% de la récolte de café est enregistrée par an, ce qui conduit à prédire une catastrophe dans les années à venir, du moins, la diminution, ou même la disparition pure et simple du café, si le Gouvernement ne prend pas conscience.

Les stratégies de relance du café

Selon cette rendue publique ce jeudi à Bujumbura, l’Intercafé Burundi projette à 40.000 tonnes de café, dans un plan dénommé « plan quinquennal » de relance du café, de 2012 à 2016.
Pour y arriver, l’étude montre qu’au moins, les efforts de relance de cette culture qui fait vivre plus de 60.000 mille foyers burundais, il faudra un montant de plus de 360 milliards, dont la grande partie sera affectée à la formation des agents modèles de la société, l’achat des engrais chimiques, le remplacement du verger déjà vieux ainsi que la disponibilisation des produits phytosanitaires, et bien d’autres.

Le café burundais avait été introduit par la colonisation, et surtout par les pères blancs à Buhonga depuis 1905.

Cependant, comme le montre cette étude, la crise qui a secoué le pays n’a pas épargné cette culture qui génère au moins 80% des recettes en devises de l’Etat.

Ainsi par exemple, depuis l’indépendance, et surtout dans la récente crise que vient de traverser le pays, des champs de café ont été soit, décimés par le feu, soit abandonnés par les propriétaires, ce qui a considérablement fait chuter la production.

Des mesures salutaires envers le café sont plus qu’urgentes à voir la pertinence de cette culture. Si non, il est tout à fait compréhensible que les paysans pourraient vivre à l’absence du café, mais le Burundi en soit ne peut pas vivre sans le café.

« Le Burundi ne va nulle part sans café », déplore le consultant.

C’est la relance de cette culture qui aiderait le pays à cumuler au moins 640 milliards de francs burundais jusqu’en 2016, comme le montre l’étude du consultant Antoine Kinyomvyi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1088 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes



a

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés



a

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir"



a

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout





Les plus populaires
Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes ,(popularité : 35 %)

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi ,(popularité : 13 %)

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau ,(popularité : 11 %)

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir",(popularité : 7 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 7 %)

L’usine de fabrication de la boisson Gubwaneza, fermée ,(popularité : 7 %)

Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne,(popularité : 6 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 6 %)

Nickel de Musongati : le gouvernement sort de son silence ,(popularité : 5 %)

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau,(popularité : 5 %)