Dialogue d’accord, mais pas question de report des élections




Par: Isanganiro , jeudi 18 juin 2015  à 20 : 42 : 41
a

« Nous sommes disposés à dialoguer mais il est hors de question de fixer un autre calendrier électoral car cela créerait un vide institutionnel et le président de la république serait accusé de trahison » a dit ce mercredi le porte parole du gouvernement en réaction des recommandations du conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine.

Dans un communiqué du gouvernement Philippe Nzobonariba a précisé que le calendrier électoral reste inchangé : les législatives et communales se dérouleront le 29 juin, les présidentielles le 15 juillet et les sénatoriales le 24 juillet comme prévu.

Ceci constitue un deuxième point d’achoppement entre le gouvernement et la coalition anti troisième mandat du président Nkurunziza qui ne veut pas entendre des élections sans que le calendrier ne soit discuté entre tous les partenaires impliqués dans le processus électoral, après la candidature de Pierre Nkurunziza ; un point auquel le gouvernement s’oppose à toute négociation.

Le président de l’APRODH Pierre claver Mbonimpa qui représentait de la société civile dans le précédent dialogue sous l’égide d’un représentant des Nations Unies recommande des négociations avant les élections. S’exprimant sur les ondes de la Voix d’Amérique ce mercredi ; Docteur Jean Minani président de Frodebu Nyakuri a dit que l’opposition politique est prêt à aller aux élections mais après la fixation d’un calendrier électoral consensuel comme l’était le précédent.

Cela est l’une des recommandations du conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine à l’issue du 25ème sommet de l’Union Africaine en Afrique du Sud qui a pris fin dimanche le 14 juin.

En plus du calendrier discuté entre partenaires électoraux, le conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine prévoit d’envoyer à Bujumbura une mission des experts en droits de l’homme et militaires pour superviser le désarmement des milices avant la tenue des élections, ce qui semble impossible si le calendrier actuel est maintenu.

Des négociations, pas un simple dialogue

La société civile veut de vraies négociations. Le président de l’APRODH Pierre claver Mbonimpa dit que la société civile exige des négociations sur le troisième mandat de Pierre Nkurunziza avec un médiateur qui a le pouvoir de décision et non celui qui se laisse manipuler par le pouvoir.

Pierre Claver Mbonimpa dit posséder l’écho qu’un autre médiateur aurait déjà été nommé, celui qui était modérateur du groupe manifestation et 3ème mandat dans le précédent dialogue qui a pris fin le 4 juin ; un des 3 groupes qui y étaient constitués.

Si cela est confirmé, il occupera la place de Saïd Djinnit, un médiateur des Nations Unies qui a démissionné après qu’il ait été contesté par l’opposition politique et la société civile pour avoir un coté penchant : celui du gouvernement.

Jusqu’aujourd’hui, le début d’un dialogue ou négociations reste inconnu. Le président de l’APRODH et représentant de la société civile dit ne pas avoir reçu une invitation.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

299 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Journaliste Hassan Ruvakuki : 200 jours d’incarceration et de combat pour sa libération ,(popularité : 3 %)

L’Ombudsman est désavoué par certains des siens ,(popularité : 3 %)

Bientôt un projet de loi pour lutter contre les violences basées sur le genre,(popularité : 3 %)

Evaluation de la situation des droits de l’homme à Genève en janvier en 2013 ,(popularité : 3 %)

L’EPU : le Burundi se garde de mettre en applications 39 recommandations ,(popularité : 2 %)

Le président de l’ADC-Ikibiri écouté par la justice ,(popularité : 2 %)

Karusi : La justice acquitte le policier Augustin Bigirindavyi, auteur présumé d’attentat meurtrier,(popularité : 2 %)

Blanchiment d’argent : Où est le procureur général de la république ? ,(popularité : 2 %)

Affaire Ruvakuki : Les avocats condamnent le transfert de leur client de Ruyigi vers Muramvya,(popularité : 2 %)

Criminalité : L’opposition salut l’incarcération de deux agents de la police et du SNR,(popularité : 2 %)