Muyinga/Vers une rébellion ?




Par: Isanganiro , jeudi 18 juin 2015  à 21 : 01 : 14
a

Douze hommes originaires des communes de Muyinga et Gasorwe sont détenus au cachot de police de Muyinga depuis la semaine dernière. Ils sont poursuivis pour avoir tentė de s’enrôler dans une bande armée qui serait en gestation au Rwanda, a-t-on appris d’une source judiciaire.

Bon nombre d’entre eux ont été arretės à bord d’un véhicule dit hiace en commune Gasorwe. Des proches de ces détenus indiquent qu’ils se dirigeaient vers Ngozi. L’un d’entre eux, témoin à charge, a plutôt révélé la vraie destination, à savoir le Rwanda pour prendre part a une rébellion qui serait en gestation d’après des sources policières.

Ernest Nduwimana , procureur de la république à Muyinga, signale que le dossier est en cours d’instruction à la police judiciaire. Ne s’agit-il pas d’une arrestation pour des mobiles politiques ? Ce procureur de la république signale que dans le code pénal, il n’y a aucune infraction politique.

Au moment oũ ces six jeunes gens sont en détention accusės d’avoir organisė un voyage vers le Rwanda, le parquet de Muyinga refuse de délivrer des mandats d’arrêts contre des administratifs et jeunes Imbonerakure qui organisent des séances de bastonnades contre certains citoyens non membres du parti au pouvoir.

Des coups et blessures ont été infligės a des citoyens du centre de négoce de Kiremba, à des militants du FNL de la colline Kizi en commune Gasorwe, soupçonnées d’avoir manifesté une joie le jour de l’annonce du coup d’Etat manqué de mi mai ou pour ne pas participer aux meetings du parti au pouvoir d’après les victimes.

A Cumba en commune de Muyinga, deux citoyens dont un catéchiste d’une succursale catholique, ont été enlevés dans leurs maisons, conduits dans un boisement pour y subir un châtiment. L’un d’entre eux a pu s’évader et les bourreaux ont décidé de ne pas tuer le seul catéchiste regrettant cette évasion qui risquerait de dévoiler le secret en cas de disparition du vieux catéchiste d’après ces victimes croisées devant le bureau du procureur de la république de Muyinga. Celui-ci se contente d’envoyer les convocations aux présumés auteurs de ces actes de violences.

Entre temps, les victimes passeraient des nuits en brousse de peur d’être tués peur les mêmes bourreaux qui refusent d’ailleurs de répondre aux convocations.

Le ministère public révèle enquêter uniquement sur des coups et blessures, pas d’infraction pour des mobiles politiques, martèle le procureur de la république à Muyinga.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

3328 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public



a

Gatumba : Une attaque à bilan « compliqué » !





Les plus populaires
Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 57 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 9 %)

Des chiens errants à Bubanza, un danger public,(popularité : 4 %)

Crise à l’église de pentecôte de Nyanza-Lac, le Ministère de l’intérieur et l’EPBU à couteaux tirés,(popularité : 4 %)

Pas de militaires qui désertent, dit la FDN,(popularité : 3 %)

Un général burundais à la tete de l’ EASF,(popularité : 3 %)

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika,(popularité : 3 %)

Burundi : Trois personnes tuées dans différents coins la nuit du mardi à mercredi,(popularité : 3 %)

Burundi : L’épouse d’Agathon Rwasa échappe à un assassinat,(popularité : 2 %)

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface,(popularité : 2 %)