Rumonge : l’administration aux prises avec les fugitifs




Par: Isanganiro , lundi 22 juin 2015  à 16 : 31 : 26
a

35 personnes, hommes, femmes, enfants confondus, toutes originaires de la province Rumonge ont été les premières à tomber dans le filet que la police de Rumonge avait tendu pour retenir toute personne soupçonnée de fuir vers la Tanzanie via la Route Nationale 3.

Juvénal Bigirimana Gouverneur de Rumonge qui agissait à travers la police n’a pas voulu s’exprimer sur ce cas qui, selon lui, concerne la sécurité. Alors qu’il rapatriait ces personnes vers leurs collines d’origine, deux bus des agences de voyage faisant la liaison Bujumbura-Kigoma (agence Hamza Transit et Burugo Travel) que la police venait d’intercepter à Mutambara en zone Gatete de la commune Rumonge stationnaient au poste de police de Rumonge.

Les 19 passagers à bord de ces deux bus (des burundais et des tanzaniens) n’en revenaient pas. Ces personnes qui provenaient essentiellement des quartiers de la ville de Bujumbura estiment qu’elles sont libres de circuler et faire leur business entre Bujumbura et Kigoma aussi longtemps que les frontières resteront ouvertes et demandent le respect de leur droit. Mêmes celles qui fuyaient disent qu’elles en ont le droit. Elles laissent entendre hors micro qu’elles feront tout pour y parvenir.

Interrogé à ce sujet, Oscar Rumeramagabo procureur de la République à Bururi qui était sur place a déclaré que c’est une affaire de l’administration. Selon lui, la police procédera au triage et retiendra uniquement ceux qui fuient.

Pour Jean Buregeya de la ligue Iteka à Rumonge, l’administration provinciale et la police ont violé la constitution burundaise et les textes internationaux relatifs aux droits humains en agissant de la sorte et leur demandent de se ressaisir.

La police de Rumonge avait intercepté à Karonda 65 personnes toutes de la province Rumonge qui affirmaient fuir vers la Tanzanie le 6 mai 2015. Ces personnes disaient que la situation politico-sécuritaire au Burundi ne les rassurait pas.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1136 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par GN   ce  mercredi 24 juin 2015   à 15 : 01 : 19

Fuir la terreur est un droit ; priver quelqu’un de son droit de fuir la terreur est un crime contre l’humanité. Les cours et tribunaux doivent être saisis de cet état de choses ou s’autosaisir eux-mêmes, la justice burundaise n’existant plus pratiquement.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public





Les plus populaires
"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité,(popularité : 70 %)

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 13 %)

Un général burundais à la tete de l’ EASF,(popularité : 3 %)

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens ,(popularité : 3 %)

Les dessous d’un triple meurtre ,(popularité : 3 %)

Muyinga/Incendie du marché de Karama en commune Gasorwe ,(popularité : 3 %)

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail ,(popularité : 2 %)

Bubanza, un écolier tué par une grenade dans les enceintes de l’école ,(popularité : 2 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 2 %)

Francis Rohero dans le collimateur du SNR,(popularité : 2 %)