Burundi : Quinze ONG demandent la réouverture des medias prives




Par: , Wednesday 24 June 2015  à 17 : 24 : 50
a

Une quinzaine d’organisations des professionnels des medias écrivent au président Pierre Nkurunziza pour lui demander l’ouverture des medias prives fermes depuis le cop d’Etat manque du 13 mai 2015.

« (…) nous appelons les autorités burundaises pour permettre la réouverture et le fonctionnement des médias indépendants et leur permettre d’opérer à partir de la Maison de la Presse ou de partout où ils peuvent trouver des installations, étant donné que les principales stations de radio ont été détruites. Nous encourageons également les autorités à permettre la reconstruction et le rééquipement de ces maisons de presse » lit la correspondance signée le 22 juin 2015 par 15 organisations des défenseurs des medias dans le monde.

Les organisations liberté de la presse disent souhaiter le développement des médias et les droits de l’homme. Elles disent être très préoccupées par la fermeture continue des médias indépendants et le manque d’accès à des informations fiables au Burundi alors que les élections pointent à l’horizon.

Par ailleurs, ces organisations dénoncent, dans leur lettre ouverte à Nkurunziza, les attaques et les menaces contre les journalistes, les professionnels des médias et les institutions médiatiques.

« Cela est particulièrement préoccupant étant donné que les élections législatives et au présidentielles (respectivement le 29 juin et le 15 juillet) approchent » détaille la lettre ouverte a Pierre Nkurunziza.

Au moment ou 50 journalistes ont du fuir leur pays, ces ONG demandent qu’ils soient autorisés de regagner leur pays sans crainte d’être poursuivis. Les organisations signataires sont entre autre Panos Paris Grand Lacs, International Media Support, Centre for Law and Democracy, Free Press Unlimited, Global Forum for Media Development, Rory Peck Trust, Human Rights and Safety, International Federation of Journalists, Fondation Hirondelle, Canadian Journalists for Free Expression, Freedom House, Article 19, PEN International, International Press Institute, Human Rights Watch and Reporters without Borders.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

305 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

pre-moderation

This forum is moderated before publication: your contribution will only appear after being validated by an administrator.

Who are you?
Your post
  • To create paragraphs, just leave blank lines.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Send a message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 4 %)

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 4 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 3 %)

Quid sur l’Intégration du Burundi dans les ensembles régionaux ,(popularité : 3 %)

Burundi : 6 provinces se dotent de nouveaux dirigeants ,(popularité : 3 %)

Libéré ou pas demain, Bob reste fort et humain ,(popularité : 2 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 2 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 2 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 2 %)