Chasse au Rwandais résidents à Cibitoke




Par: Isanganiro , vendredi 26 juin 2015  à 16 : 55 : 52
a

La police procède à l’expulsion des Rwandais les accusant d’être de mèche avec l’opposition et de jouer le rôle d’espionnage sur le sol burundais pour déstabiliser le pays. Les défenseurs des droits de l’homme dénoncent un comportement irresponsable qui risque d’envenimer les relations diplomatiques entre le Burundi et son voisin du Nord.

Les victimes de cette chasse à l’homme sont à majorité des commerçants établis depuis plusieurs années surtout dans la commune de Rugombo de la province de Cibitoke.

Une source haut placée fait savoir que la plupart de ces Rwandais refoulés manu militari possèdent bel et bien le permis de séjour et de travail au Burundi. Tel est le cas de Jacques Ngabonziza qui affirme avoir été contraint de quitter le pays alors qu’il était en possession de tous les documents exigés par la loi burundaise à l’endroit de tout étranger.

« Des raisons non vouées seraient derrières cette situation. Nous croyons que nous sommes en train de subir les retombées des mauvaises relations burundo-rwandaises qui s’observent à présent », s’indigne-il.

Ce qui est grave comme le souligne une autre source locale, les Rwandais expulsés du Burundi sont dépouillés de tous leurs biens. « La plupart des refoulés sont obligés de verser par force une certaine somme d’argent pour éviter l’incarcération dans différents cachots locaux qui regorgent pour le moment un certain nombre de Rwandais contraints de quitter le Burundi », déplore-elle sous un soleil de plomb.

Et à en croire les propos d’un Rwandais rencontré sur la frontière de Ruhwa au moment de franchir la frontière, mêmes les simples travailleurs domestiques et d’autres exerçant de petits métiers sont concernés par cette mesure.

Clin d’œil des défenseurs des droits de l’homme

Tous les défenseurs des droits de l’homme établis dans cette province de l’Ouest du pays conseillent aux autorités burundaises de cesser de harceler les Rwandais résidents au Burundi. Comme l’indique l’un d’eux, la situation peut dégénérer au cas où le Rwanda déciderait à son tour de renvoyer tout Burundais établi au Rwanda.

D’après lui, les bonnes relations socio-économiques entre les populations des deux pays doivent être préservées.

Contacté à ce sujet, l’un des responsables de la police à Cibitoke, tout en avançant des raisons de sécurité sans être précis, ne nie pas qu’il ya des Rwandais qui sont pour le moment expulsés de façon injuste.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1735 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi



a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux





Les plus populaires
« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi ,(popularité : 28 %)

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR,(popularité : 5 %)

Les agresseurs de Yannick Nihangaza désormais entre perpétuité et pendaison ,(popularité : 3 %)

Burundi : A quand la réouverture des medias encore en décombre ? S’interrogent les parlementaires.,(popularité : 3 %)

Justice pour Ernest Manirumva : La société civile au front ,(popularité : 3 %)

Les 28 putschistes comparaissent en audience publique,(popularité : 3 %)

Le calme semble être revenu à la prison centrale de Gitega,(popularité : 3 %)

Bujumbura : Les refoulés de Gasenyi reviennent un en un,(popularité : 3 %)

Burundi : L’extraction des matériaux de construction ronge les rivières de Bujumbura ,(popularité : 3 %)

UBJ : « Ce ne sont que les journalistes qui peuvent décider de la dissoudre » ,(popularité : 3 %)