MENUB : élections ni crédibles ni libres, le gouvernement bdais met en garde




Par: Isanganiro , jeudi 2 juillet 2015  à 21 : 01 : 49
a

"La mission d’observateurs électoraux est d’observer les faits et le déroulement des scrutins et non de valider ou d’invalider les élections", a dit Philippe Nzobonariba, porte-parole du gouvernement, dans une déclaration sur les rapports électoraux qui seraient en train d’être élaborés.

Le porte-parole dit que le gouvernement sort de son silence pour exprimer sa préoccupation par rapport aux pressions qui, selon Nzobonariba, seraient exercées sur les observateurs dont la MENUB, pour orienter leurs rapports d’observation.

Selon le gouvernement burundais, ces pressions proviendraient des personnalités et acteurs extérieurs hostiles aux élections dont certains ont retiré leurs observateurs.

Le porte-parole du gouvernement dit que des rapports biaisés des observateurs influenceraient immédiatement le rapport général du scrutin du 29 juin 2015.

Philippe Nzobonariba est clair : "Le rôle de valider ou d’invalider les résultats des élections est réservé aux institutions qui sont prévues par la constitution burundaise".

Cette sortie médiatique de Philippe Nzobonariba vient malheureusement après que le rapport de la Mission Electorale des Nations Unies au Burundi, MENUB, est déjà sorti et remis au Secrétaire Général de l’ONU, selon l’agence AFP.

Les élections législatives et communales de lundi au Burundi se sont déroulées "dans un environnement qui n’était pas propice à la tenue d’un scrutin libre, crédible et fédérateur", a estimé jeudi l’ONU.

Dans ses "conclusions préliminaires", la Mission d’observation électorale de l’ONU relève en particulier "un climat de peur et d’intimidation" et des violences à Bujumbura, avant et pendant les élections.

Le scrutin, qui été boycotté par l’opposition, "s’est tenu au milieu d’une crise politique tendue, et dans un climat de peur et d’intimidation généralisées dans certaines parties du pays", souligne le document.

"Les libertés fondamentales de participation, d’assemblée, d’expression, d’opinion et d’information ont souffert de restrictions croissantes pendant la compagne électorale", notent les observateurs de l’ONU. "Des épisodes de violence et des explosions ont précédé et parfois accompagné le scrutin".

La Mission d’observation, déployée à partir du 1er janvier dernier, indique "avoir observé des restrictions à la liberté de la presse et des violations de droits de l’homme et d’autres libertés fondamentales".

Ces faits concernent notamment "le droit de l’opposition politique à faire campagne librement" et le désarmement "des groupes de jeunes armés liés à des partis politiques", une allusion aux jeunes du parti au pouvoir accusés d’intimider les électeurs.

Selon le rapport de neuf pages, seuls le parti au pouvoir et ses alliés ont été en mesure de mener campagne dans l’ensemble du pays, les partis d’opposition étant "beaucoup moins visibles".

En raison des entraves à la liberté de la presse, ajoute la Mission, "la couverture de la campagne a été essentiellement centrée sur les activités du parti au pouvoir".

La Mission conclut donc "que l’environnement n’était pas propice à la tenue d’un scrutin libre, crédible et fédérateur".

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a "pris note" de ces conclusions, et en particulier des commentaires sur la crédibilité du scrutin, a déclaré à la presse le porte-parole adjoint de l’ONU Farhan Haq.

M. Ban, a-t-il ajouté, "déplore" les actes de violences commis mercredi à Bujumbura et demande "aux Burundais de s’exprimer de manière pacifique et aux autorités de faire preuve de retenue".

Le Conseil de sécurité a eu jeudi matin des consultations à huis clos sur la crise burundaise.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

802 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Ntahondi   ce  jeudi 2 juillet 2015   à 21 : 52 : 22

C Est Vrai !On Voit Vraiment Comment Ils Ont Forcé Et Monotomisé Le Préparatif Des Élections Ça Confirment La Non Crédibilité ,non Transparence !On Se Demande Où Va Notr Pays ?Wait And See



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 4 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 3 %)

Libéré ou pas demain, Bob reste fort et humain ,(popularité : 2 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 2 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 2 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 2 %)

L’ADC-Ikibiri tentée par l’usage de la force pour obliger le gouvernement à négocier,(popularité : 2 %)

L’Union Européenne préoccupée par la situation d’insécurité au Burundi ,(popularité : 2 %)

L’ADC Ikibiri salut le choix du Président Nkurunziza sur les négociations ,(popularité : 2 %)