Burundi : Yoweri Kaguta Museveni, le nouveau médiateur dans la crise burundaise




Par: Isanganiro , mardi 7 juillet 2015  à 12 : 06 : 51
a

Le président ougandais a été désigné médiateur dans le crise politique burundaise aux termes d’une réunion des Chefs d’Etats des pays de la Communauté de l’Afrique de l’Est qui s’est tenue ce lundi à Dar-Es-Salam.

Le président Museveni est chargé par les pays voisins de conduire un dialogue inter burundais pour trouver solution à la crise politique en impasse depuis plus de 2mois. Pour lui donner plus de chances à réussir cette mission, la réunion de Dar-Es-Salam recommande au gouvernement burundais de reporter lés élections présidentielles prévues le 15juillet 2015 au 30 juillet 2015.

S’il est vrai que l’agenda du dialogue entre les belligérants dans la crise burundaise n’est pas encore connu, certains points qui en feront l’objet sont déjà connus : les pays voisins sont inanimes que le président qui sera élu ne révisera pas constitution et l’Accord d’Arusha. Ceci apparait dans les conclusions de la réunion de Dar-Es-Salam de ce lundi dans la quelle étaient empêchés

L’opposition radicale opposée au troisième mandat du président Nkurunziza promet qu’elle participera dans ce dialogue mais elle est plus que jamais pessimiste quand à ce qui en sortira. L’ADC Ikibiri dit que la problème à résoudre est le troisième mandat du candidat du CNDD-FDD et la solution est qu’il y renonce sinon, le peuple burundais refuse d’être asservi par une personne ou un parti politique.

Le pessimisme gagne aussi la population avide du changement. Sous anonymat, des gens nous ont confié qu’on peut rien attendre du dialogue conduit par un président au pouvoir depuis des décennies et qui, dans son pays, étouffe dans l’œuf toute opinion divergente.

Le président ougandais est le troisième médiateur depuis que la crise politique a éclaté en fin avril cette année suite à l’annonce de la candidature du président Pierre Nkurunziza aux élections présidentielles de cette année. Les deux premiers médiateurs étaient tous des émissaires des Nations Unies. Tous ont échoué parce que chacun des belligérants dans la crise campait sur ses postions et personne ne voulait faire des concessions.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

541 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
Burundi : Des condoléances suite à la mort de l’ancien « terroriste », et médiateur Nelson Mandela ,(popularité : 6 %)

QPN : Les élections présidentielles se sont déroulées « dans le calme et dans la transparence »,(popularité : 4 %)

Bururi : Une destitution qui crée des remous,(popularité : 4 %)

L’Est de la RDC, fief des opposants et des pros du pouvoir de Bujumbura ,(popularité : 4 %)

Quelle est la racine du mal pour l’Uprona ?,(popularité : 4 %)

‘’ L’appel des leaders politiques en exil au retour au pays est une intrigue’’,(popularité : 4 %)

Peut–on parler de campagne électorale ?,(popularité : 4 %)

Le frodebu demande au président Nkurunziza de sortir de son silence ,(popularité : 4 %)

Moïse Bucumi a eu raison sur la chambre basse,(popularité : 4 %)

Les ASBL acculées à donner des rapports financiers et administratifs,(popularité : 4 %)