Calme relatif à Musaga, mais la peur gagne les résidents




Par: Isanganiro , vendredi 10 juillet 2015  à 15 : 26 : 14
a

"Je m’approvisionne en vivres pour éviter que la guerre éclate sans que j’aie quelque chose à la maison pour mes enfants", déclaration d’une femme rencontrée au marché de Musaga.

Là-bas, la vie reprend petit à petit son cours normal. Les clients se remarquent plutôt du côté de ceux qui vendent les produits de première nécessité. Les vendeurs d’autres articles s’occupent par la lecture ou le jeu de cartes.

Les commerçants se plaignent : "on n’a plus de clients depuis le début des manifestations. Les uns ont fui le quartier, d’autres ont peur des grenades qui sont souvent lancées ici et là. Nous avions nous-même cessé de venir ici."

Ils ajoutent qu’ils ne viennent plus ouvrir tôt le matin comme avant et qu’ils doivent aussi quitter le marché vers 14h ou 15h pour question de sécurité.

Les acheteurs rencontrés sur les lieux indiquent qu’aujourd’hui il y a des priorités dans les familles. "Nous sommes en temps de guerre, plus de caprices. On achète juste le nécessaire."

On signalera ici la baisse du prix d’un kilo de haricot et de riz beaucoup acheté ces derniers jours, une baisse de 100 à 200 FBU par kilo. Les marchands expliquent que c’est parce que nous sommes en saison de récolte.

On aura noté également à ce marché de Musaga des beaucoup de kiosques fermés et des stands sans produits. Les policiers sont toujours présents à différents coins des quartiers de cette commune de Musaga et même à ce marché pour contrôler la circulation.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

572 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message