Deux mois de silence radio !!!




Par: Isanganiro , mardi 14 juillet 2015  à 13 : 38 : 05
a

59 jours, c’est le temps qu’il faut pour planter et récolter des haricots dans la plaine de l’Imbo. Ajoutez-y un jour, et vous trouverez le nombre de jours pendant lesquels les carottes sont cuites pour l’auditeur. Médiatiquement parlant. Deux mois que le citoyen burundais est condamné à n’entendre qu’un son de cloche. Ce 14 juillet, la famille des journalistes burundais commémorent deux mois de destruction des principaux médias indépendants. Le 14 mai 2015 reste et restera donc une triste date dans la mémoire des radios Isanganiro, RPA, Bonesha FM et la Radiotélévision Renaissance, détruites par des hommes en tenue policière. Un jour avant, la Radiotélévision Rema avait été elle aussi attaquée. Elle aussi éteinte depuis.

Les décombres des anciens sièges de ces médias sont depuis lors gardés assiégés et interdits d’accès par la police. Aucun journaliste de ces médias n’est autorisé à accéder à ces lieux. Le Procureur de la République n’en donne l’ordre le 19 mai 2015 au Directeur Général de la police, explique que c’est pour des raisons d’enquête judiciaires.

Au-delà de cette destruction et de l’interdiction d’accès aux locaux de ces médias, la sécurité des journalistes est mise à rude épreuve en mal. Les intimidations proférées à l’endroit de certains d’entre eux les ont contraints à s’exiler, alors que les autres vivent dans la clandestinité. Conséquence : le pluralisme médiatique n’est plus. Les rumeurs font place à l’information, véhiculées par les réseaux sociaux et le bouche-à-oreille.

Aujourd’hui, la pluralité de l’information n’est plus. Les rumeurs font place à l’information. Les réseaux sociaux et le bouche-à-oreille gagnent du terrain.

En marge des négociations entre le gouvernement et l’opposition, début juin 2015, le Ministre de l’Intérieur, Edouard Nduwimana avait annoncé la réouverture imminente des médias fermés. Cela étant, la présidence de la république a déclaré sur les médias internationaux que les médias victimes de l’attaque du 14 mai vont bientôt rouvrir. Jusqu’ici, les actes n’ont pas été joints aux paroles. La question est de savoir à qui profite cette loi de l’omerta.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

561 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative





Les plus populaires
La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 19 %)

Formation pour la première année post-fondamentale,(popularité : 6 %)

L’eau propre, une denrée rare dans la ville de Rumonge,(popularité : 6 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 5 %)

Rumonge : les prix de l’huile de palme chutent,(popularité : 5 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 5 %)

Education : Cinq finalistes d’ITAB Karusi sous les verrous depuis le 10 Aout ,(popularité : 5 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 5 %)

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 5 %)

Hôpital de Rumonge : Les patients apprécient différemment les services,(popularité : 5 %)