Des familles ayant les leurs à Nyarugusu s’inquiètent de leurs conditions de vie




Par: Isanganiro , vendredi 24 juillet 2015  à 10 : 12 : 56
a

La plupart des hommes en provenance des provinces Rumonge et Makamba qui ont envoyé leur famille dans le camp de Nyarugusu en Tanzanie désirent leur retour. Ce camp, qui existe depuis 19 ans et dans lequel vivaient déjà quelque 64 000 réfugiés congolais, a aujourd’hui dépassé sa limite.

Selon l’ONG Médecin Sans Frontière(MSF), depuis le dernier afflux de réfugiés burundais, le camp abrite une population de plus de 122 000 personnes et ce nombre ne cesse d’augmenter.

Niyongabo Juvénal un habitant de la zone Kizuka en commune Rumonge révèle que lui avec ses voisins ont envoyé les femmes et les enfants au camp des réfugiés par crainte des attaques lors des élections de juin et juillet.

« Nous avons voulu sécuriser nos familles mais les conditions de vie dans le camp ne sont pas du tout bonnes. On se communique par téléphone et ils nous disent que les abris ne sont pas fournis assez rapidement afin que chaque nouvel arrivant puisse en bénéficier », a-t-il indiqué ajoutant que les nouveaux arrivants sont rassemblés dans des zones de transit où ils sont placés dans de grands abris de 200 à 400 personnes en attendant d’obtenir une tente pour leur famille.

Selon Denis Bikorimana qui lui aussi sa famille se trouve à Nyarugusu dit que suite aux mauvaises conditions de vie dans le camp il va demander que sa famille soit rapatriée dans les prochains jours. « Ils ne sont pas libres et ça nous a été difficile de leur rendre visite », dit-il.

D’après les informations du MSF les gens sont les uns sur les autres : certains abris sont tellement surpeuplés que leurs habitants ne disposent que d’un demi-mètre carré pour vivre. Ils ne bénéficient pas d’un accès suffisant à l’eau potable alors que les conditions sanitaires sont mauvaises. Dans ces conditions, le risque de maladies transmissibles est évidemment très élevé.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

334 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !



a

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent



a

Education : Cinq finalistes d’ITAB Karusi sous les verrous depuis le 10 Aout





Les plus populaires
Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons ,(popularité : 26 %)

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 25 %)

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza ,(popularité : 9 %)

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune ,(popularité : 9 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 5 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 5 %)

L’ONU regrette la promulgation d’une loi aux effets « négatifs » sur la liberté de la presse,(popularité : 5 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 5 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 4 %)

Tollé autour d’un probable détournement de plus de 12 millions de Fbu ,(popularité : 4 %)