L’hôtellerie à Gitega frappée par la crise à Bujumbura


La crise qui a secouée Bujumbura à cause du 3è mandat du Président Nkurunziza a affecté le secteur de l’hôtellerie à Gitega, 2è ville du pays. Les propriétaires de grands hôtels dans cette ville regrettent une diminution sensible de leurs clientèles.



Par: Isanganiro , samedi 1er août 2015  à 20 : 11 : 40
a

Selon Sabumukama Célestin, responsable de l’hôtel Accolade de Gitega, depuis le début des manifestations contre le troisième mandat de Pierre Nkurunziza la sante financière de son hôtel qui vit essentiellement des semi aires n’est pas du tout bonne.

En effet, le tiers du personnel a été renvoyé faute de moyens pour les payer. Même la grande partie des visiteurs qui logeaient là-bas venaient de Bujumbura ne vient plus car beaucoup d’entre ont fui vers le Rwanda, dit-il. Accolade hôtel est parmi les grands hôtels plus sollicités dans la ville de Gitega.

Pour Denis Nshimirimana, président du conseil d’administration de Helena Hôtel, la clientèle a sensiblement baissé suite aux manifestations anti-troisième mandat de Pierre Nkurunziza et son hôtel ne connait plus le même mouvement de clients qu’il avait avant.

Cette situation, Denis Nshimirimana, leur a poussé à diminuer l’effectif du personnel et si les choses ne redeviennent pas normales, ils vont en diminuer davantage. Il dit même que lors d’une réunion des hôteliers du Burundi il a été décidé de demander à l’OBR de suspendre la TVA sur la restauration.

Comme il le dit, si cette situation dégénère, ils vont devoir fermer leurs hôtels alors que le domaine de l’hôtellerie et tourisme a été reconnu par le CSLP deuxième génération comme un secteur qui fait entrer beaucoup de devises au pays et partant crée beaucoup d’emploi dans ce pays qui compte un nombre important de chômeurs.

Il dit aussi que si une fois il était possible de délocaliser un hôtel, beaucoup d’hôtels seraient actuellement basés dans les pays voisins. Signalons que la province de Gitega compte plus de six hôtels qui répondent plus ou moins aux standards internationaux et qui contribuent à la création d’emploi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

716 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les assurances maladies affectées par la crise ; cas de SONAVIE,(popularité : 5 %)

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 4 %)

L’économie du pays va decrescendo ,(popularité : 3 %)

Les femmes font avancer le pays ,(popularité : 3 %)

La Banque centrale s’acquitte de ses responsabilités ? ,(popularité : 3 %)

Le Parcem s’inquiète sur la rapide intégration régionale en Afrique de l’Est ,(popularité : 3 %)

Burundi : Les réformes économiques burundaises épatent les investisseurs ,(popularité : 3 %)

Nickel de Musongati : le gouvernement sort de son silence ,(popularité : 2 %)

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié ,(popularité : 2 %)

Une des campagnes clés pour la transparence économique,(popularité : 2 %)