Gihanga : Les militaires repoussent les kidnappeurs


Les habitants de la commune Gihanga ont passé une nuit cauchemardesque ce dimanche suite aux tirs intermittents entendus à la 6è transversal dans cette commune. Au cours de cette nuit, les ravisseurs qui ont l’habitude de kidnapper les gens se sont heurtés aux patrouilles militaires mais aucun dégât n’a été enregistré.



Par: Isanganiro , lundi 10 août 2015  à 22 : 30 : 07
a

Aux environs de 19h25 minutes, les habitants de la commune Gihanga surtout ceux proches de la 6è transversale tout près de la réserve naturelle de la Rukoko ont été réveillés par des tirs intermittents qui ont duré une dizaine de minutes. Selon les sources policières, les ravisseurs qui ont l’habitude de kidnapper les gens se sont heurtés aux patrouilles militaires et un échange de balles s’en est suivi.

Selon les mêmes sources, ces malfaiteurs s’étaient scindés en deux groupes, et tandis que le 1er groupe échangeait des tirs avec les militaires à la lisière de la réserve naturelle de la Rukoko, le 2è groupe était déjà à l’intérieur du quartier Vyondo.

Rémégie Nduwayo, un homme de 53 ans a échappé de justesse lorsqu’il allait être kidnappé.

« Avec de longues vestes comme celles des policiers, des bottines en plastiques, des fusils, ils étaient à peu près au nombre de 8. Alors que le rentrai chez moi, ils m’ont arrêté à quelques mettre de mon domicile.

« Entre-temps deux voisins sont arrivés et ils ont été arrêtés aussi. J’ai constaté que je devais mourir ou être kidnappé et j’ai crié au secours. Les deux voisins m’ont aidé à crier en courant dans le quartier pour échapper.

« Les ravisseurs ont vu qu’ils ne pouvaient pas résister à l’interventiion des forces de l’ordre, ils nous ont laissé et ils ont pris fuite, » raconte Rémégie Nduwayo avec un œil gauche grièvement blessé lorsqu’il échappait à ces hommes.

« Nous sommes désormais décidés à ce que personne ne soit plus kidnappé dans cette commune », a indiqué un officier militaire œuvrant dans la commune Gihanga sans toutefois donner des détails.

A titre de rappel, 23 victimes de ces enlèvements ont été enregistrées depuis le début de cette année dans la commune de Gihanga dont un tué lorsqu’il résistait à partir avec ces ravisseurs et deux qui ont été kidnappés, i l y a deux semaines sur la colline de Buringa et qui restent sans nouvelles jusqu’à présent.

Ces ravisseurs exigent des rançons par téléphone aux familles des victimes qui déplorent les faits et qui jettent le tort aux forces de l’ordre accusées de ne pas sérieusement protéger la population.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1252 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Ndayizeye Côme   ce  jeudi 13 août 2015   à 13 : 59 : 26

Avec les militaires, il y a déjà un léger mieux ! L’espoir est même permis...



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public





Les plus populaires
"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité,(popularité : 32 %)

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 5 %)

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens ,(popularité : 5 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 4 %)

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail ,(popularité : 3 %)

Francis Rohero dans le collimateur du SNR,(popularité : 3 %)

Le M23 pourrait se retirer de Goma et de Saké,(popularité : 3 %)

Le marché de Kamenge en cendre : des larmes qui coulent !,(popularité : 2 %)

Les soldats burundais capturent deux points stratégiques en Somalie,(popularité : 2 %)

Cibitoke : Un démobilisé rwandais aux mains des Services National burundais de Renseignement,(popularité : 2 %)