Les victimes d’éboulement de Gitumba demandent assistance


Les résidents du site Karusonga, secteur Camakonbe en commune Mugina mène une vie de misère sans précédents. A part le manque criant d’eau potable et de toilettes, ces rescapés de l’éboulement du 04 janvier 2013 sur la colline Gitumba de cette commune sont aussi victimes des maladies des mains sales. Ils demandent à l’administration de leur venir en aide.



Par: Isanganiro , vendredi 14 août 2015  à 11 : 05 : 51
a

« Voila, bientôt deux ans sans avoir des latrines dans notre site », se plaint Antoine Maniragaba, rescapé de l’éboulement de la montagne de Gitumba. Ce sexagénaire, père de 4 enfants se dit choqué du fait que le site de Karusonga héberge environ 900 personnes réparties dans 126 ménages, vivant dans des conditions très précaires.

« Depuis notre arrivée dans ce site, les conditions de vie ne cessent de s’aggraver », poursuit-il, précisant que le site n’a pas encore bénéficié d’eau potable ni de latrines.

Au manque de l’eau potable s’y ajoute aussi le paludisme et les maladies des mains sales qui sèment la désolation dans ce site comme le dit ce chef de famille.

Tout ce monde se soulage dans les forêts ou dans les toilettes des voisins. Mr Maniragaba indique que cette situation crée actuellement un conflit entre les propriétaires de ces latrines et ces rescapés.

« L’on utilise gratuitement leur latrines alors que même au marché, ce service reste payant », martèle-t-il.

Mariam Ntirandekura est la voisine des ces rescapés. Elle indique avoir vidé deux toilettes à cause de ces rescapés qui fréquentent incessamment et gratuitement sa latrine.

« Si l’administration ne construit pas leurs propres latrines, je vous assure que, bientôt, je vais fermer la mienne », dit-elle.

Un site à la portée des maladies des mains sales

« C’est entre autre le choléra et la typhoïde » : indiquent les infirmières qui travaillent au chef-lieu de la commune Mugina.

Ces dernières abondent dans le même sens que ces rescapés. « Plus de 60 % des rescapés sont victimes des maladies des mains sales dans le site de Karusonga », a indiqué Melchior Ndaruzanye, résidant dudit site.

Selon Nestor Kubwayo infirmier du centre de santé de Mugina à moins d’une quinzaine de km du chef-lieu de la commune Mugina, le site de Karusonga ne dispose même pas d’une structure sanitaire à ses environs.

L’administration communale de Mugina se dit préoccupée par cette question. Elle affirme s’entretenir avec le ministère de la solidarité qui va bientôt s’activer dans le déménagement de ces rescapés dans un endroit bien aménagé.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

245 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 13 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 12 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 11 %)

L’ISTEBU valide la stratégie nationale de la statistique 2016-2020,(popularité : 11 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 11 %)

Pose de la première pierre du bâtiment de la présidence par le numéro un burundais,(popularité : 10 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 10 %)

MWARO : Les écoles à internat sont au point-mort à quelques jours de la rentrée scolaire,(popularité : 10 %)

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille,(popularité : 10 %)

Aucun retrait sur les comptes de Maison Shalom et de Barankitse,(popularité : 10 %)