Les victimes d’éboulement de Gitumba demandent assistance


Les résidents du site Karusonga, secteur Camakonbe en commune Mugina mène une vie de misère sans précédents. A part le manque criant d’eau potable et de toilettes, ces rescapés de l’éboulement du 04 janvier 2013 sur la colline Gitumba de cette commune sont aussi victimes des maladies des mains sales. Ils demandent à l’administration de leur venir en aide.



Par: Isanganiro , vendredi 14 août 2015  à 11 : 05 : 51
a

« Voila, bientôt deux ans sans avoir des latrines dans notre site », se plaint Antoine Maniragaba, rescapé de l’éboulement de la montagne de Gitumba. Ce sexagénaire, père de 4 enfants se dit choqué du fait que le site de Karusonga héberge environ 900 personnes réparties dans 126 ménages, vivant dans des conditions très précaires.

« Depuis notre arrivée dans ce site, les conditions de vie ne cessent de s’aggraver », poursuit-il, précisant que le site n’a pas encore bénéficié d’eau potable ni de latrines.

Au manque de l’eau potable s’y ajoute aussi le paludisme et les maladies des mains sales qui sèment la désolation dans ce site comme le dit ce chef de famille.

Tout ce monde se soulage dans les forêts ou dans les toilettes des voisins. Mr Maniragaba indique que cette situation crée actuellement un conflit entre les propriétaires de ces latrines et ces rescapés.

« L’on utilise gratuitement leur latrines alors que même au marché, ce service reste payant », martèle-t-il.

Mariam Ntirandekura est la voisine des ces rescapés. Elle indique avoir vidé deux toilettes à cause de ces rescapés qui fréquentent incessamment et gratuitement sa latrine.

« Si l’administration ne construit pas leurs propres latrines, je vous assure que, bientôt, je vais fermer la mienne », dit-elle.

Un site à la portée des maladies des mains sales

« C’est entre autre le choléra et la typhoïde » : indiquent les infirmières qui travaillent au chef-lieu de la commune Mugina.

Ces dernières abondent dans le même sens que ces rescapés. « Plus de 60 % des rescapés sont victimes des maladies des mains sales dans le site de Karusonga », a indiqué Melchior Ndaruzanye, résidant dudit site.

Selon Nestor Kubwayo infirmier du centre de santé de Mugina à moins d’une quinzaine de km du chef-lieu de la commune Mugina, le site de Karusonga ne dispose même pas d’une structure sanitaire à ses environs.

L’administration communale de Mugina se dit préoccupée par cette question. Elle affirme s’entretenir avec le ministère de la solidarité qui va bientôt s’activer dans le déménagement de ces rescapés dans un endroit bien aménagé.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

216 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme



a

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées



a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !





Les plus populaires
Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme,(popularité : 31 %)

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées,(popularité : 19 %)

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons ,(popularité : 8 %)

Semaine de la Saint Valentin dans l’archidiocèse de Gitega,(popularité : 5 %)

L’Ombudsman et le Ministre de l’Intérieur dans le collimateur de la COMIBU,(popularité : 4 %)

Muyinga : Des tests de grossesses surprises pour lutter contre les grossesses non désirées,(popularité : 4 %)

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance,(popularité : 4 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 4 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 4 %)

Tentative de viol à Cibitoke : Une affaire politique ou pénale ? ,(popularité : 4 %)