Quand la loi bloque les activités commerciales


Paralysie des activités commerciales au port commercial de Rumonge ce lundi 17 août 2015. A l’origine, la taxation sur base du poids des produits importés du Congo voisin décidée par l’Office Burundais des Recettes. L’administration provinciale a dû intervenir pour calmer le jeu.



Par: Isanganiro , lundi 17 août 2015  à 17 : 36 : 10
a

Jusque vers 9h du matin de ce lundi 17 août 2015, le commerce était au point mort au port commercial de Rumonge. L’OBR sur place avait décidé de taxer les produits importés de la RDC au kilo comme le prévoit la loi.

Cette mesure frappait les ndagala, les mikeke fumés, la farine de manioc, le charbon de bois et l’huile de palme. Les vendeurs congolais ont gelé leurs produits de peur de vendre à perte, ce qui a énervé les acheteurs et autres burundais vivant de ce port.

Les sources dignes de foi disent que les agents de l’OBR à Rumonge voulaient appliquer la loi y relative pour justifier les recettes y collectées ces derniers jours. Une taxe forfaitaire était habituellement exigée sur ces produits qui ne sont en général vendus au détail sans balance, une pratique qui ne facilitait pas la vérification à l’OBR.

Les acheteurs et autres usagers burundais de ce port demandent au gouvernement burundais d’arrêter des mesures favorisant les entrées de marchandises via ce port. De cette manière, ils estiment qu’ils pourraient survivre.

Selon eux, un seul bateau de transport des produits en provenance de la Tanzanie (membre de l’EAC) fréquente mensuellement ce port. Ils estiment ainsi que la meilleure stratégie serait de garder opérationnel ce commerce congolais.

Même si Juvénal Bigirimana, gouverneur de Rumonge, a décidé que l’ancien système de taxation forfaitaire soit provisoirement maintenu pour permettre la reprise du commerce ce lundi matin, c’est une délégation de l’OBR au niveau central qui viendra à Rumonge pour statuer définitivement sur le cas, a-t-on appris de l’OBR à Rumonge.

Cela fait la deuxième fois que l’application de cette taxation par kilo échoue en une année sur les produits congolais. Ce lundi matin, 17 navires tous congolais stationnaient au port commercial de Rumonge. Les navires tanzaniens fréquenteraient actuellement plus les ports zambiens où les taxes douanières favoriseraient les affaires selon un importateur burundais rencontré sur place.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

469 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes



a

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés



a

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir"



a

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout





Les plus populaires
Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes ,(popularité : 50 %)

Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne,(popularité : 15 %)

Foire informatique : Les jeunes moins intéressés ,(popularité : 12 %)

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés,(popularité : 11 %)

L’usine de fabrication de la boisson Gubwaneza, fermée ,(popularité : 11 %)

Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 10 %)

Rumonge : Le site des eaux thermales de Mugara peu fréquenté,(popularité : 10 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 9 %)

Des véhicules de l’armée, de la police, des ONG, des ambulances dans la fraude ,(popularité : 9 %)

Grognes des abonnés de la Regideso à Buyenzi,(popularité : 9 %)