Collinaires à Bubanza : un chef de colline sous les verrous


Les élections collinaires de ce 24 aout risquent d’être perturbées le village 2 de la commune Gihanga en province de Bubanza selon les propos de ce village qi s’insurgent contre l’arrestation du chef de ce village samedi soir. Jérôme Ntahomvukiye, le premier des candidats sur la liste des collinaires de ce lundi a été arrêté lors d’une échauffourée survenu dans cette localité.



Par: Isanganiro , dimanche 23 août 2015  à 21 : 48 : 53
a

Depuis ce dimanche matin, environs 50 personnes habitant au village 2 de la commune Gihanga ont assiégé les bureaux de la police judiciaire de Gihanga, réclamant une libération immédiate et sans condition de leur chef de colline arrêté ce samedi soir.

Le chef de poste de la police à Gihanga les a obligés de vider les lieux mais sans succès. Ils ont plutôt reculé pour rester debout les autres assis à quelques 10 mètres des bureaux de la police.

Jérôme Ntamavukiro chef du village 2 est premier sur la liste des candidats aux élections collinaires de ce lundi 24 août aujourd’hui détenu au cachot de police de Gihanga risque de rater le scrutin de ce lundi et de rater par conséquent les voix qui lui seraient attribuées.

Tout a commencé ce samedi soir quand un certain Jean-Bosco Manirambona, un membre très actif de la ligue des jeunes Imbonerakure dans ce village et aussi candidat dans les collinaires de ce lundi, a affiché un papier comportant sa photo sur un poteau électrique, avec comme inscription, « votez pour Manirambona Jean-Bosco ».

Quelqu’un est venu et l’a déchiré, expliquant que la campagne électorale est déjà finie et que Manirambona ne peut pas être élu.

Tout d’un coup lors des discussions, Jérôme Ntamavukiro et ses compagnons arrivent et deux fronts sont formés, celui du chef de colline Jérôme et celui de Manirambona.

Ils ont continué à se lancer des agressions et après quelques temps, deux policiers sont arrivés et ils se sont vus tabassés par le front du chef de colline Jérôme. Ils ont alors appelé d’autres policiers pour renfort afin d’arrêter les auteurs de ces troubles et ceux qui venaient de tabasser les policiers.

A la grande surprise de ceux qui assistaient à la scène, Ntahomvukioye Jérôme, chef de colline a refusé, disant que ses hommes ne peuvent pas être arrêtés, qu’il peut même les remplacer s’il le fallait.

Les policiers très en colère ne sont pas allés par quatre chemins. Ils ont menotté le chef de colline et l’ont conduit manu-militari au cachot de police à Gihanga. Jusque vers 14h, les supporters du chef de colline emprisonné jurent que les élections de ce lundi ne pourront pas avoir lieu dans ce village en son absence et que c’est lui-même qui devra être élu encore une fois pour continuer à diriger ce village comme ils le disaient ce dimanche matin.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

337 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public



a

Gatumba : Une attaque à bilan « compliqué » !



a

Mugara : Climat malsain entre les fideles de l’église UEPEBU ce dimanche



a

Bururi : Un policier tué , un autre blessé à Kivumu ce mercredi



a

Muyinga : Des camions remorques bloqués en plein centre urbain



a

"Plus jamais ça à l’endroit des journalistes", implore le CNC



a

Le gouverneur de Rumonge contre la justice populaire



a

Burundi : Le Rwanda renvoie des ressortissants burundais "irréguliers"



a

Burundi : Pas d’enlèvements des enfants, rassure Pierre Nkurikiye





Les plus populaires
Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève ,(popularité : 72 %)

Des chiens errants à Bubanza, un danger public,(popularité : 15 %)

Gatumba : Une attaque à bilan « compliqué » !,(popularité : 4 %)

Un officier de la FDN kidnappé dans la réserve naturelle de Rukoko,(popularité : 3 %)

Y aurait-il une rébellion contre Bujumbura ?,(popularité : 3 %)

Des cachots illégaux sont entretenus par certains chefs de zones de la commune Rumonge,(popularité : 3 %)

Grève à l’Université du Burundi sur fond de retard des bourses d’étude des assistants,(popularité : 2 %)

Attentat contre le commandant du 311 ème bataillon commando,(popularité : 2 %)

Acculés à fuire à cause probablement des imbonerakure ,(popularité : 2 %)

Criminalité à Cibitoke : un enseignant tabassé, accusé de sorcellerie à Bukinanyana,(popularité : 2 %)