Muyinga/ Elections collinaires : Les électeurs analphabètes ont du mal à voter secrètement




Par: Isanganiro , lundi 24 août 2015  à 14 : 16 : 26
a

Un scribe au centre de vote de Kinanira en Commune de Giteranyi a été arrêté dans la matinée de lundi 24/08/2015.Un électeur alphabète a porté confiance en lui pour écrire le nom du candidat de son choix. Le scribe en question a écrit un autre nom, une tricherie d’après la présidente de la CEPI Muyinga confirmant cette arrestation.

Au centre de vote Du Lycée communal Muyinga, certains électeurs demandent aux agents des bureaux de vote de procéder à la vérification des noms inscrits par les scribes, a-t-on constaté sur place.

Dans ces conditions, le vote n’est plus secret s’indigne un électeur, regrettant que sur les bulletins de vote, il n’y pas de photos ou de symboles distinctifs comme c’étaient le cas pour les élections communales et législatives.

Des craintes pareilles sont également exprimées sur la colline de Mukoni, pour un certain Ciza, jeune de la localité, aujourd’hui, chaque électeur doit venir avec un seul scribe pour éviter de se retrouver avec des élus profitant de l’analphabétisme des électeurs, situation vécue en 2010, dit-il avec conviction.

Un ancien sénateur en course

Les élections des membres des conseils de collines se déroulent avec 1923 candidats dont un ancien sénateur nommée Saidi Joha. Membre du sénat burundais entre 2005et 2010, Madame Joha se présente aux élections pour participer au conseil de la colline centre-ville de Muyinga (quartier Giswahili), nous –a-t-elle confié.

Je me suis engagée à me faire élire pour servir d’exemple à d’autres femmes, dit-elle, en démocratie, il faut être prêt à servir à tous les niveaux.

Les femmes candidates sont au total 305 d’après M Goreth Kamariza, présidente de la CEPI (Commission Electorale Provinciale Indépendante) Muyinga. Les femmes se représentent à moins de 17 pour cent, alors que la constitution du Burundi exige des quotas de représentation des femmes dans les institutions à 30 pour cent. Exigence valable uniquement pour les scrutins déjà terminés (communales, législatives et sénatoriales), précise la responsable de la CEPI Muyinga.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

182 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 5 %)

Transfert temporaire du siège de la CIRGL,(popularité : 3 %)

Lucien Rukevya : Le SNR ne travaille pas tambour battant,(popularité : 3 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 2 %)

L’ADC-Ikibiri : n’a pas d’ « espoir en la nouvelle équipe » du parti CNDDFDD,(popularité : 2 %)

Pierre Ngendandumwe était patriote ,(popularité : 2 %)

Intrigue autour de l’affaire Rukara ,(popularité : 2 %)

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke,(popularité : 2 %)

Ce projet de loi ne créera-t-il pas de remous à l’instar de celui sur la presse ?,(popularité : 2 %)