Bonne cohabitation au sein des partis politiques en province Makamba


L’affirmation émane de Révérend-Pasteur Jérôme Nimubona, président de la coalition « Yesu ni inyishu » qui réunit une cinquantaine d’Eglises dans cette province du sud du Burundi. Il côtoie plusieurs militants de différents partis politiques. « La différence et la diversité créent l’harmonie dans les yeux de Dieu ». Interview.



Par: Isanganiro , lundi 24 août 2015  à 14 : 31 : 28
a

RI : Vous réunissez plusieurs militants de différents partis politiques. Quelle cohabitation avant, pendant et après les dernières élections ?

JN : Avant les élections, les choses étaient bonnes. Les gens bavardaient, échangeaient des idées tranquillement, amicalement, … tout était bon. Des mésententes sont nées pendant la période électorale, surtout avec les déclarations de candidats présidentiables.

RI : La candidature du président actuel par le parti Cndd-Fdd, a-t-elle provoqué des malentendus ?

JN : Ce nouveau mandat a créé des remous. On l’apprenait au sein même des chrétiens. Mais ce qu’on leur conseille, c’est de bien savoir interpréter la loi et y croire. Nous-mêmes au sein de la coalition, au sein de différentes Eglises, c’est ce qu’on enseigne : le respect de la loi.

RI : Et quelle est la situation, après les dernières élections ?

JN : Nous remercions le Seigneur. Les temps ont bien changé. Avant, il y avait la peur, mais après ces élections, ils ont réussi à vaincre cette peur pour enfin cohabiter en frères et sœurs. Les habitants circulent librement ; les choses sont redevenues normales.

RI : Quel est le message que vous donnez habituellement à vos chrétiens en vue d’une bonne cohabitation justement ?

JN : Nous leur disons qu’avant d’appartenir à un quelconque parti politique, on est d’abord burundais. Les partis politiques viennent après. Il y en a qui soutiennent que les burundais sont de trois ethnies : les hutu, les tutsi et les twa. Moi je n’y croie pas. Nous sommes d’une même et seule ethnie : celle d’être burundais. Quand les gens parlent une même langue ; partagent une même culture, … ils sont d’une même ethnie. Pas deux ou plusieurs. C’est ce qu’on enseigne à nos membres, à nos chrétiens.

RI : Etes-vous satisfaits de vos enseignements ?

JN : Bien satisfaits. Imaginez par exemple : si les membres d’une même famille se créent des différences sur base de leurs tailles, de leurs couleurs de teint, cela risque de causer de graves problèmes. Ce qui différencie les gens jusqu’à parler de plusieurs ethnies, c’est essentiellement la langue et la culture des gens. Mais il faut se mettre en tête une chose : La différence et la diversité créent l’harmonie dans les yeux de Dieu.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

217 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 8 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 4 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

Le responsable de la police présidentielle limogé trois mois après sa nomination,(popularité : 2 %)

Le CNDD-FDD va porter plainte contre Léonce Ngendakumana,(popularité : 2 %)

Un silence complice sur les défis de la gouvernance ,(popularité : 2 %)

Un projet de loi sur la presse décrié par plus d’un,(popularité : 2 %)

Quid sur l’Intégration du Burundi dans les ensembles régionaux ,(popularité : 2 %)

Le lac Tanganyika sert de cimetière : pourquoi ce silence assourdissant ?,(popularité : 2 %)

Quelle est la racine du mal pour l’Uprona ?,(popularité : 2 %)