Les activités nécessitant du courant électrique au point mort à Rumonge


Depuis deux jours, le courant électrique manque cruellement dans la ville de Rumonge. Ceux vivant grâce à ce produit de la REGIDESO sont désespérés.



Par: Isanganiro , jeudi 27 août 2015  à 13 : 35 : 45
a

Depuis mardi soir, un délestage inhabituel est observable dans la ville de Rumonge, chef-lieu de la nouvelle province du même nom. Le courant électrique n’est disponible que pendant quelques heures le soir et la matinée. Les utilisateurs de ce produit indispensable dans la vie de tous les jours ne savent plus sur quel pied danser.

Les moulins électriques sont au repos et les vendeuses et les acheteurs de farine craignent qu’ils aillent mourir de faim. Les cafétérias commencent à fermer leurs portes de même que certains salons de coiffure.

Certains soudeurs recourent aux groupes électrogènes ainsi que certains secrétariats publics dans l’optique de garder leur clientèle.

D’autres encore se rabattent aux plaques solaires notamment pour recharger les téléphones portables. Ici comme dans le cas précédent, les prix des services offerts ont plus que doublé.

Alors que ceux qui vivent du courant électrique demandent à l’Etat burundais de disponibiliser en permanence ce produit de première nécessité, Nyandwi Samuel responsable de la REGIDESO dans le sud du Burundi dit que cette société va plutôt disponibiliser le calendrier de délestage pour qu’on s’y conforme. En effet, selon lui, le lac de retenu qui actionne Rwegura (principal barrage hydroélectrique du Burundi) est à son niveau critique et la centrale est presque au repos, ayant beaucoup été exploitée lors de la période électorale.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

276 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
Echec d’un projet d’élevage de poules suite aux fêtes de fin d’année,(popularité : 8 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 7 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 6 %)

Bouteilles plastiques usagées, déchets « profitables »,(popularité : 5 %)

Rupture de Bactrim : RBP+ s’inquiète ,(popularité : 5 %)

Commémoration du 22e anniversaire de l’assassinat des élèves du Lycée Kibimba,(popularité : 5 %)

Rumonge : Travaux communautaires ou activités du CNDD-FDD ?,(popularité : 5 %)

Le Burundi affiche une malnutrition chronique chez les enfants de moins de 5 ans,(popularité : 5 %)

Burundi : Eloge Willy kaneza, la Zaina Erhaim burundaise,(popularité : 4 %)

Les universités publiques ont fermé les portes,(popularité : 4 %)