Les assurances maladies affectées par la crise ; cas de SONAVIE


Les maisons d’assurances- maladie sont affectées par la crise politique que traverse le Burundi depuis plus de 3 mois. L’impact de cette crise est à double niveau d’après le directeur de la SONAVIE Théodore KAMWENUBUSA.



Par: Isanganiro , mardi 1er septembre 2015  à 13 : 44 : 58
a

Cet impact se remarque en premier lieu sur l’effectif de la clientèle et en deuxième lieu sur les finances de la maison.

Le directeur de la SONAVIE indique que la crise a commencé à avoir un impact sur le service clientèle au mois de Mai ; les gens ont fui massivement le pays. Cette fuite étant l’une des conséquences des manifestations qui ont eu lieu dans la capitale Bujumbura et dans certains coins du pays.

C’est avec le début du mois de juin que certaines maisons ont commencé à déposer des lettres de résiliation des contrats ; « quatre maisons ont résiliés momentanément leurs contrats avec la SONAVIE » explique Théodore KAMWENUBUSA Directeur de la SONAVIE.

Sept de leurs clients ont demandé l’échelonnement de paiement de leur prime dans une période comprise entre un et deux mois. Mais les cartes de ces gens qui n’ont pas encore payés n’ont pas été validées pour le troisième trimestre. Cinq entreprises ont sensiblement diminués le personnel qu’ils prenaient en charge.

Théodore KAMWENUBUSA indique que cela entraine de graves conséquences sur le secteur financier ; ce dernier étant le deuxième niveau d’impact de la crise sur ce secteur. Ils sont obligés de recourir à des banques pour demander des découverts pour couvrir tous les besoins d’argent pour les services offerts. Ce qui entraine le retard de paiement des factures envers les partenaires de la SONAVIE.

« On espère qu’avec le mois de septembre la situation se sera normalisé si la paix et la sécurité règnent dans le pays » , ajoute le Directeur de la SONAVIE.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

421 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 13 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 3 %)

Quand la loi bloque les activités commerciales,(popularité : 3 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 2 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 2 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 2 %)

Une politique de charroi zéro pour la croissance budgétaire au Burundi ,(popularité : 2 %)

Révision budgétaire au mois de juin suite manque des recettes ,(popularité : 2 %)

Une loi sur la presse aussi contre la transparence macroéconomique ,(popularité : 2 %)

Une probable porte vers la corruption ,(popularité : 2 %)